COUPE DU MONDE 2010

Shakira et les Black Eyed Peas donnent le coup d'envoi du Mondial

Un grand concert rassemblant quelque 35 000 spectateurs s'est déroulé en Afrique du Sud en prélude au Mondial-2010 qui s'ouvre ce vendredi. Une pléïade de stars, comme Shakira ou les Black Eyed Peas, avait répondu présent pour l'occasion.

Publicité

AFP -  La fête du Mondial de foot en Afrique du Sud s'est ouverte jeudi soir avec un concert de super-stars à Soweto et un festival des fans au Cap, dans une euphorie d'unité nationale à peine gâchée par un mouvement de foule qui a fait trois blessés.

"C'est le véritable coup d'envoi!", a déclaré le président de la Fédération internationale de football, Sepp Blatter, en préambule du concert dans le stade d'Orlando, le temple du football à Soweto. "Le football connecte les gens", a-t-il ajouté, acclamé par les 35.000 spectateurs.

"L'Afrique du Sud est une scène! L'Afrique du sud rock! L'Afrique du Sud est cool!", a enchaîné le chef de l'Etat Jacob Zuma, 65 ans, portant l'écharpe aux couleurs du drapeau national qu'il ne quitte plus.

it

Une marée humaine vêtue des or et vert des Bafana Bafana, le Onze sud-africain surnommé "les Garçons" en zoulou, emplissait le stade. Blancs et Noirs étaient rassemblés à Soweto, le township au coeur de la lutte contre l'apartheid, qui a vu le soulèvement étudiant de 1976.

Les vuvuzelas, ces longues trompettes de plastique coloré en passe de devenir l'emblème du Mondial sud-africain, avaient été confisquées à l'entrée, pour ne pas gâcher la musique.

Pour le coup d'envoi de la Coupe du monde, vendredi, "vous pouvez multiplier tout ça par 100!", prédit Pieter van Rooyen, qui a fait quatre heures de route pour venir au concert. Selon lui, "tout le pays va descendre" sur Soccer City, le gigantesque stade en forme de calebasse qui accueille le match d'ouverture opposant l'Afrique du sud au Mexique.

it

La star colombienne Shakira et les Black Eyed Peas ont ouvert ensemble le concert, diffusé dans le monde entier, improvisant autour des mots "World Cup in South Africa".

 A l'autre extrémité du pays, la foule était telle au Cap, où la ville a inauguré un fan park sur la place de la mairie, qu'un mouvement incontrôlé a fait trois blessés, dont un policier.

La fameuse place, où Nelson Mandela avait prononcé son premier discours d'homme libre en 1990, débordait de fans venus goûter aux festivités. Le débordement a vite été contenu et la musique a pris la place, derrière plusieurs rangs de policiers munis de boucliers.

"Je suis surprise de la quantité d'amour et de gentillesse que l'on reçoit de tout le monde", affirmait à Soweto une spectatrice mexicaine, Vicky Becerra, 32 ans. "Je m'attendais à davantage d'insécurité. Je reviendrai!"

Pour que rien ne vienne gâcher la fête toutefois, le gouvernement sud-africain a exhorté "les citoyens et les visiteurs à faire attention à leur sécurité personnelle et à celle de leur entourage."

Plusieurs incidents ont rappelé cette semaine que, malgré les efforts de l'Afrique du Sud pour sécuriser la compétition, le pays reste dangereux, avec ses 50 meurtres quotidiens.

Des hommes armés ont fait intrusion dans la nuit de mardi à mercredi dans les chambres d'hôtel de journalistes portugais et espagnol pour voler argent liquide, matériel photo et passeport.

Quatre journalistes chinois ont été victimes mardi d'un vol à main armé alors qu'ils conduisaient leur voiture de location à Johannesburg.

Enfin, 1500 euros ont disparu des chambres de l'équipe grecque dans les environs de Durban (sud-est).

"C'est déplorable que nos visiteurs aient eu à subir une telle expérience et j'espère que la réaction rapide de la police rétablira leur confiance", a commenté le chef de la police, Bheki Cele, annonçant l'arrestation de trois suspects.

Le pays a investi 1,3 milliard de rands (environ 130 millions d'euros) et recruté 44.000 agents supplémentaires pour la compétition.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine