Accéder au contenu principal
COUPE DU MONDE 2010

L'Algérie s'incline face à la Slovénie

Texte par : Allaoua MEZIANI
3 min

L'Algérie a concédé une courte défaite (0-1) pour son entrée en lice dans la Coupe du monde face à la Slovénie. Les Fennecs voient leur tâche se compliquer dans un groupe qui comprend l'Angleterre et les États-Unis.

Publicité

Sous le regard de Zinédine Zidane, les Algériens, pour leur grand retour en Coupe du monde après vingt-quatre ans d’absence, ont concédé une défaite courte mais amère face à la Slovénie dans le group C (qui comprend aussi l’Angleterre et les Etats-Unis). Ils ont tenu tête à leurs adversaires pendant soixante-dix minutes avant de céder sur un tir de Koren. Le tournant du match aura été l’expulsion de l'avant-centre algérien, Ghezzal, suite à un deuxième carton jaune (72’).

it
FR NW PKG FR24 ALGERIE FOOT.wmv

Le début du match est équilibré, les Algériens ne se laissent pas impressionner par des Slovènes vifs et rapides, emmenés par l’Auxerrois Valter Birsa. Ce sont les Fennecs qui s’illustrent les premiers avec une belle frappe de Belhadj suite à une faute sur Matmour, mais le cuir est repoussé par le gardien slovène (2’). Les Algériens, bien organisés et évoluant avec 3 centraux - Yahia, Halliche et Bougherra - ainsi que Belhadj et Kadir sur les côtés, contiennent sans problème leurs adversaires mais ils ont du mal à enchaîner les attaques. Ils finissent par subir un peu le jeu. Les Slovènes en profitent pour mettre la pression sur Chaouchi qui dégage des poings (20’).

Pas les meilleurs adeptes du beau jeu

La Slovénie, deuxième meilleure défense des éliminatoires de la zone Europe avec seulement 4 buts encaissés, forme un bloc compact, homogène. Face à des adversaires soucieux d’abord de bien défendre, ils éprouvent tout de même du mal à développer leur jeu, rappelant si besoin est qu’eux aussi ne sont pas les meilleurs adeptes du beau jeu. Tout cela donne un match serré, timide, peu enthousiasmant.

Bien que légèrement dominés, les Algériens sortent de leur léthargie et passent à l’offensive. Sur un coup franc de Ziani, l’Algérie est tout près d'ouvrir le score mais les attaquants algériens se gênent dans la surface. Ils obtiennent tout de même un corner sur lequel la tête de Halliche passe légèrement à côté (35’). Les Algériens insistent mais manquent d’application dans le dernier geste.

En contre, les Slovènes se révèlent dangereux et le superbe tir de Koren est difficilement dévié par Chaouchi (42’).

Absurdité de Ghezzal, passivité de Chaouchi

Quand les deux équipes reviennent des vestiaires, le rythme du match est toujours aussi lent, les systèmes de jeu fermés. Côté algérien, Djebbour continue à évoluer seul en pointe, d’où le manque d’occasions de but. L’entraîneur algérien, Rabah Sâadane, fait jouer Ghezzal à la place de Djebbour (58’) mais le jeu de son équipe ne s’améliore pas pour autant. Ce sont en revanche les Slovènes qui se retrouvent en position d’ouvrir le score, mais le tir de Ljubijankic atterrit dans les mains de Chaouchi (59’).

Attentistes, statiques, les Algériens cèdent du terrain et laissent l’initiative du jeu à leurs adversaires. Ils sont même près de concéder un pénalty lorsque Bougherra stoppe Novakovic, mais l’arbitre ne bronche pas (62’). Ghezzal tente bien une tête puis une autre mais le ballon passe au-dessus (69’ et 71’).

Ghezzal reçoit un deuxième carton jaune et laisse ses coéquipiers à dix (72’). Cela devient plus compliqué pour l’Algérie. Les Slovènes ne se laissent pas prier pour accélérer le jeu et ouvrir la marque par Koren (78’) grâce à la passivité de Chaouchi. Les entrées tardives de Saïfi et de Guedioura (82’) ne dopent en rien des Algériens abattus. Les Slovènes n’ont plus qu’à gérer leur acquis.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.