IRAK

Série d'explosions devant la banque centrale à Bagdad

Au moins 12 personnes ont trouvé la mort dimanche dans une série d'explosions à proximité de la banque centrale de la capitale irakienne. Une attaque qui survient à la veille de la séance inaugurale du nouveau Parlement.

Publicité

AFP - Des assaillants portant des uniformes militaires et des vestes explosives ont lancé une attaque sophistiquée dimanche contre la banque centrale à Bagdad, tuant 12 personnes et prenant des employés en otages, selon des sources de sécurité.

Les assaillants, dont le nombre n'est pas connu, ont pris le contrôle du bâtiment situé rue Rachid dans le centre de Bagdad, selon un officier de haut rang, alors que l'armée et la police ont entièrement bouclé la zone survolée par des hélicoptères de l'armée.

"Au moins douze personnes ont été tuées et 40 blessées", selon l'une des sources de sécurité.

Vers 15H00 (12H00 GMT), "des hommes armés ont attaqué la banque. Il n'est pas clair jusqu'à présent s'il s'agit d'un braquage", a affirmé à l'AFP Qassem Atta, le porte-parole du commandement militaire de Bagdad.

Un officier de haut rang du ministère de l'Intérieur a affirmé sous couvert de l'anonymat à l'AFP que "les hommes armés avaient pris le contrôle de la banque et des employés en otage".

"Des soldats et des policiers ont tenté de pénétrer dans le bâtiment à deux reprises mais deux kamikazes ont fait détoner leur ceinture d'explosifs pour les en empêcher", a ajouté l'officier, en soulignant que les services de sécurité encerclaient la banque.

L'attaque est très sophistiquée, a précisé l'officier, précisant que certains des assaillants s'étaient positionnés sur le toit de la banque pour empêcher la progression des forces de sécurité.

Au moins huit explosions ont été entendues au début de l'attaque.

Celle-ci intervient à la veille de la session inaugurale du deuxième Parlement de l'Irak depuis l'invasion menée par l'armée américaine en 2003.

Le Parlement doit élire son président et ses deux adjoints ainsi que le nouveau président de la République, qui doit à son tour nommer le chef du plus grand bloc de l'assemblée chargé de former le prochain cabinet.

Mais hommes politiques et diplomates estiment que le blocage politique dans lequel est plongé le pays ne sera pas levé avant encore plusieurs semaines car un accord global sur la répartition des postes clés de l'Etat n'a pas encore été trouvé.

S'il a remporté les élections, le candidat laïque Iyad Allawi devrait toutefois se voir priver du droit de former le gouvernement, qui reviendra au prochain chef de la nouvelle "Alliance nationale".

Celle-ci est composée des listes du Premier ministre sortant Nouri al-Maliki et des groupes chiites religieux, et représente désormais la première force au Parlement.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine