Accéder au contenu principal

Entrée en lice de la très attendue sélection espagnole face aux Suisses

Championne d'Europe en titre, l'Espagne veut marquer les esprits pour ses débuts dans cette Coupe du monde et confirmer son statut de grand favori. De son côté, la Suisse d'Ottmar Hitzfeld, privée d'Alexander Frei, mise sur un dispositif défensif.

Publicité

À quelques heures du coup d'envoi de la rencontre entre l'Espagne et la Suisse, les stastiques de la "Seleccion" affolent. Impressionants en qualifications, les coéquipers d'Iker Casillas ont décroché leur billet pour la Coupe du monde en remportant leurs dix matches. 

Dix victoires, avec 2,8 buts marqués en moyenne par rencontre pour seulement 5 buts encaissés en tout. On comprend pourquoi l'Espagne est l'une des archi-favorites du Mondial.

Fernando Torres et Andres Iniesta sont remis de leur blessure et ils sont prêts pour le premier match de Coupe du monde de l'Espagne, mercredi contre la Suisse, a déclaré mardi leur sélectionneur Vicente del Bosque.

L'attaquant, auteur du but décisif en finale de l'Euro 2008 et le milieu offensif barcelonais ne devraient cependant pas être alignés dès l'entame de cette rencontre du groupe H.

Andres Iniesta, touché à la cuisse, a participé à l'intégralité de l'entraînement lundi et mardi et a eu de "bonnes sensations", a dit le médecin de la Roja sur le site Internet de la Fédération espagnole.

it
FR NW PKG FR24 SUISSE PREPS.wmv

"Nous avons encore quelques heures pour discuter avec lui et les médecins avant de prendre une décision", a pour sa part déclaré Del Bosque en conférence de presse.

"Nous pensons à demain mais aussi au fait que nous pourrions aller plus loin dans la compétition", a-t-il expliqué.

"Si il ne peut pas, nous avons beaucoup de possibilités, Torres et Pedro (...) nous avons 23 joueurs en condition parfaite pour jouer", a assuré Del Bosque.

A la veille de l'entrée en lice des champions d'Europe en titre, le sélectionneur a en outre tenu à tempérer l'optimisme des supporters, dont beaucoup considèrent l'Espagne comme la grande favorite du tournoi.

"Si on écoute les supporters, nous sommes déjà en finale. Je crois que nous avons des joueurs qui connaissent le football (...) Nous sommes dans la réalité", a-t-il dit.

"Le football est très serré, il y a peu de différence entre les équipes et si on veut réussir, on doit affronter ces défis avec une modestie nécessaire", a souligné Del Bosque.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.