Accéder au contenu principal
INTEMPÉRIES

Les inondations ont fait plus de cent morts en Birmanie et au Bangladesh

Texte par : Dépêche
2 min

Des inondations et de nombreux glissements de terrain, dus à de fortes pluies, ont causé la mort d'une centaine de personnes dans les deux pays. Environ 5 000 personnes se retrouvent sans abri dans les zones les plus touchées.

Publicité

AFP - Au moins 46 personnes ont été tuées dans le nord-ouest de la Birmanie dans des inondations et glissements de terrain, ont annoncé jeudi les médias birmans, portant à plus de cent morts le bilan des intempéries qui ont aussi frappé le Bangladesh voisin.

Jusqu'à 33 centimètres de pluies se sont abattues sur certaines régions et villes de l'Etat Rakhine, sur la frontière avec le Bangladesh, selon le quotidien New Lights of Myanmar, qui a fait état de 46 victimes.

"Les autorités locales assurent des missions de secours" dans la région, a précisé le journal. Des médicaments, vêtements et nourriture ont été livrés.

De nombreuses maisons, monastères et écoles ont été détruits et l'électricité a été coupée, a indiqué de son côté un responsable de la Croix-Rouge locale.

"Nous comptons toujours les victimes dans certaines régions auxquelles nous n'avions pas accès", a-t-il indiqué, laissant entendre que le bilan pourrait augmenter et que de nombreuses routes avaient été coupées.

Ces derniers jours, au moins 55 personnes sont mortes au Bangladesh des suites des mêmes intempéries. Un responsable de district avait évoqué mercredi les "pires précipitations des trente dernières années" dans cette région.

Les glissements de terrain sont fréquents dans les régions vallonnées mais déboisées du Sud-Est du Bangladesh, où vivent des milliers de familles pauvres en dépit des risques de catastrophes naturelles.

Dans les zones les plus touchées, les routes ont été envahies par des torrents de boue. Environ 5.000 personnes ont trouvé refuge dans des écoles ou des abris servant habituellement en cas de cyclones, leurs maisons ayant été emportées ou endommagées par les précipitations.

L'une des zones les plus touchées, Teznaf, située à la frontière avec la Birmanie, abrite des milliers de réfugiés de la minorité ethnique birmane de confession musulmane, les Rohingyas.

Environ 15.000 réfugiés rohingyas vivant autour de Teznaf dans des camps, de manière légale ou non, ont été touchés par les inondations, a déclaré à l'AFP Firoz Salauddin, le porte-parole du gouvernement du Bangladesh sur la question des réfugiés.

Les Rohingyas sont décrits par les Nations unies comme l'une des minorités ethniques les plus persécutées au monde.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.