Accéder au contenu principal
PRÉSIDENTIELLE POLONAISE

Bronislaw Komorowski affrontera Jaroslaw Kaczynski au second tour

Texte par : Dépêche
4 mn

Le président polonais par intérim (photo) a remporté le premier tour de la présidentielle organisée en Pologne à la suite du décès de Lech Kaczynski, le 10 avril. Il devance Jaroslaw Kaczynski, le frère jumeau du président défunt.

Publicité

AFP - Les Polonais choisiront, le 4 juillet, leur nouveau président entre le libéral Bronislaw Komorowski et le conservateur Jaroslaw Kaczynski, arrivés tous deux en tête dimanche du 1e tour de la présidentielle, selon des résultats portant sur 94,3% des suffrages, publiés lundi par la Commission électorale nationale.

Selon ces résultats partiels, le président par intérim Bronislaw Komorowski, 58 ans, du Parti pro-européen Plateforme Civique (PO) a obtenu 41,22% des voix, contre 36,74% pour M. Kaczynski, chef du parti nationaliste Droit et Justice (PiS), 61 ans, frère jumeau du chef de l'Etat décédé en avril.

Le candidat de gauche, le social-démocrate Grzegorz Napieralski, a créé la surprise en recueillant 13,7% des suffrages. L'issue du second tour dépend en grande partie du choix que feront les électeurs du jeune candidat de gauche ainsi que du taux de participation qui au au premier tour s'élevait à 54,85%, selon les données de la Commission.

"Dans la vie comme dans le football et dans toutes les disciplines sportives, c'est la prolongation qui est la plus difficile", a déclaré M. Komorowski immédiatement après l'annonce des résultats des sondages à la sortie des bureaux de vote, dimanche soir. "Soyons-en conscients, mobilisons nos forces et toute notre énergie pour cette finale de la course présidentielle", a-t-il ajouté.

"La clé de la victoire, c'est la foi, c'est la conviction qu'il est possible et qu'il est nécessaire de gagner. Nous devons gagner pour notre patrie, pour la Pologne", a déclaré son adversaire.

"Grzegorz Napieralski a gagné un important capital politique qui pourra faire pencher la balance au second tour. On a pu voir déjà les premières tentatives de séduction de la part des deux principaux candidats", a déclaré à l'AFP le sociologue Edmund Wnuk-Lipinski.

M. Napieralski s'est borné à remercier ses électeurs, sans indiquer sur lequel des deux candidats il comptait les appeler à reporter leur voix.

Selon les sondages, 66,5% de ses électeurs sont prêts à voter Komorowski au second tour, contre près de 30% pour Kaczynski.

Pour sa part, le candidat de la droite catholique Marek Jurek qui a obtenu 1,04% des voix, a déjà annoncé qu'il appellerait à voter pour M. Kaczynski.

"Le scénario de l'an 2005 se répète. Au premier tour de l'élection présidentielle le candidat libéral Donald Tusk devançait de 3 points Lech Kaczynski", le président défunt et frère jumeau de Jaroslaw, a déclaré à l'AFP Pawel Poncyliusz, un porte-parole de M. Kaczynski. "Tout le monde sait ce qui s'est passé au second tour", a-t-il ajouté, Lech Kaczynski a gagné".

Les Polonais étaient appelés aux urnes après la mort de ce dernier le 10 avril à Smolensk en Russie, dans une catastrophe aérienne. M. Kaczynski et 95 autres personnes ont péri dans cet accident sans précédent, alors qu'ils se rendaient aux cérémonies d'anniversaire du massacre de milliers d'officiers polonais en 1940 à Katyn.

Chef de l'opposition conservatrice Jaroslaw Kaczynski s'est lancé dans la bataille après la mort de son frère.

"Kaczynski a un grand électorat négatif, de l'ordre de 60%", a dit à l'AFP Stanislaw Mocek, politologue de l'Académie polonaise des Sciences.

Mais une nette baisse de la participation en raison des vacances "pourrait brouiller les cartes. Les électeurs de M. Kaczynski sont très disciplinés", note-t-il.

Une victoire des libéraux priverait les conservateurs d'un pouvoir de veto aux lois, prérogative du chef de l'Etat utilisée souvent par Lech Kaczynski depuis la défaite du PiS aux législatives de 2007.

La Commission électorale nationale doit publier les résultats des 100% des suffrages en fin de journée de lundi.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.