Accéder au contenu principal

L'Uruguay se débarrasse de la Corée du Sud et se hisse en quarts

Deux buts de Luis Suarez ont permis à l'Uruguay de remporter les premières huitièmes de finale du Mondial contre des Sud-Coréens combatifs mais brouillons (2-1). La Celeste sera opposée en quarts de finale au Ghana.

Publicité

Reuters - L’Uruguay a décroché son billet pour les quarts de finale de la Coupe du monde au terme d’un match mal maîtrisé contre la Corée du Sud en huitième de finale (2-1), samedi au Nelson Mandela Bay Stadium de Port Elizabeth. 

La Celeste, qui pensait avoir fait le plus dur en ouvrant le score par Luis Suarez dès la 8e,

s’est ensuite recroquevillée et a failli payer son manque d’initiative avec l’égalisation de Lee Chung-yong (68e).

Mais un nouvel éclair de Suarez à dix minutes de la fin, sous une véritable déluge, lui a offert son premier quart de finale depuis 1970.

La Celeste affrontera en quart de finale le vainqueur du match entre les Etats-Unis et le Ghana, programmé samedi soir à Rustenburg (coup d’envoi à 18h30 GMT).

Avec un seul changement de chaque côté par rapport à leur dernier match de poule, cette première rencontre à élimination directe du Mondial démarre sur un rythme nerveux.

Sur un coup-franc légèrement excentré côté gauche, le Monégasque Park Chu-young enroule son ballon au dessus du mur mais trouve l’extérieur du poteau droit de Fernando Muslera, qui semblait battu (5e).

La Celeste réplique aussitôt: après un premier tir de Diego Forlan dans les bras de Jung Sung-ryong, le gardien et les quatre défenseurs coréens regardent passer un centre du meneur de jeu uruguayen que Luis Suarez, oublié au second poteau, n’a qu’à propulser dans le but vide (8e).

La Corée du Sud, qui encaisse un septième but en quatre matches, confirme sa fragilité défensive, encore illustrée par un ballon bêtement perdu par Lee Jung-soo aux 40 mètres sur lequel Suarez est injustement signalé hors-jeu alors qu’il partait seul au but (26e).

Suarez sauve la Celeste

Le bloc défensif uruguayen a entre-temps fermé la maison à double tour, abandonnant le ballon aux Asiatiques et laissant aux seuls Forlan, Suarez et Edinson Cavani le soin de développer des contre-attaques.

Sur l’une d’elles, Alvaro Pereira, venu en renfort aux avant-postes, réussit un coup du sombrero à l’entrée de la surface avant de voir sa demi-volée détournée du bras par un autre défenseur. L’arbitre allemand Wolfgang Stark ne siffle pas le penalty qui s’imposait (42e).

Malgré leur jeu vif, les Coréens peinent à approcher du but de Muslera. Le Mancunien Park Ji-sung et le latéral droit Cha Du-ri s’essayent à des frappes lointaines qui n’accrochent pas le cadre.

La deuxième mi-temps démarre sous une pluie fine et sur un terrain de plus en plus abîmé, mais avec un scénario identique: la Corée du Sud pousse, l’Uruguay fait le dos rond.

Park Chu-young enlève trop sa reprise alors qu’il était en bonne position, puis Muslera doit s’employer sur une tête de Park Ji-sung au premier poteau (58e).

Le Celeste ne construit plus rien et va finir par être punie: sur un coup franc, la défense uruguayenne n’arrive pas à se dégager et Lee Chung-yong, à l’affût, pousse le ballon de la tête au fond des filets (68e). C’est le premier but encaissé par Muslera depuis le début de la Coupe du monde.

Vexé, l’Uruguay se décide enfin à attaquer. Sous une pluie devenue battante, Suarez profite de deux mauvais alignements de la défense sud-coréenne pour inquiéter

La persévérance de l’attaquant de l’Ajax Amsterdam va payer : à la 80e, il hérite d’un ballon côté gauche de la surface, repique au centre et décoche une frappe enroulée qui trompe Jung Sung-ryong avec l’aide du poteau.

Le remplaçant Lee Dong-gook a la balle d’égalisation sept minutes plus tard, seul devant Muslera, mais son tir est ralenti en passant entre les jambes du portier uruguayen et dégagé devant la ligne par un défenseur.

Demi-finaliste suprise en 2002 sur ses terres, la Corée du Sud ne renouvellera pas cet exploit cette année.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.