Accéder au contenu principal
ALGÉRIE

Al-Qaïda revendique le meurtre des 11 gendarmes tués dans le Sud

Texte par : Dépêche
2 mn

L'attentat qui a coûté la vie mercredi matin à 11 gendarmes algériens près de Tinzaoutine, à la frontière entre l'Algérie et le Mali, a été revendiqué jeudi par la branche maghrébine d'Al-Qaïda.

Publicité

AFP - La branche maghrébine d'Al-Qaïda a revendiqué l'attaque qui a coûté la vie mercredi à 11 gendarmes algériens, dans un communiqué diffusé sous forme de "tracts jetés à la frontière entre le Mali et l'Algérie", a déclaré jeudi à l'AFP une source sécuritaire étrangère dans le nord du Mali.

"Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué la mort d'au moins onze gendarmes algériens. La revendication a été faite dans un communiqué écrit et lancé sous formes de tracts jetés à la frontière entre le Mali et l'Algérie", a déclaré à l'AFP à Bamako cette source, sous couvert de l'anonymat.

"Dans ce communiqué, Aqmi affirme être l'auteur des événéments survenus pour +marquer sa détermination à lutter contre le pouvoir d'Alger+" et assure vouloir +continuer jusqu'à la victoire finale+, a ajouté la même source, jointe par téléphone.

Par ailleurs, un élu dans le nord du Mali a confirmé à l'AFP l'existence de ce "communiqué d'Aqmi".

Les gendarmes sont tombés dans une embuscade mercredi à l'aube près de Tinzaoutine, dans la région de Tamanrasset, à quelque 2.000 km au sud d'Alger sur la frontière avec le Mali, où un groupe d'islamistes a ouvert le feu sur leur convoi. Selon le quotidien El Watan, le bilan s'établit à onze morts parmi ces gendarmes chargés de la surveillance des frontières.

L'information n'a pas été confirmée officiellement à Alger.

Cet attentat est le plus meurtrier en Algérie depuis près d'une année, alors qu'un regain de violences a marqué le mois de juin.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.