ÉTATS-UNIS

L'ouragan Alex perturbe le nettoyage de la marée noire

La tempête tropicale Alex, classé ouragan de catégorie 2, approche des côtes du Texas après avoir ravagé l'Amérique Centrale. Ses vents puissants perturbent les opérations de nettoyage de la marée noire dans le Golf du Mexique.

Publicité
REUTERS - La tempête tropicale Alex est désormais un ouragan et perturbe les opérations de nettoyage de la marée moire menées par BP  dans le golfe du Mexique.
 
Ce premier ouragan de la saison dans l'Atlantique charrie des vents de 130km/h et devrait atteindre les côtes près de la frontière entre le Texas et le Mexique mercredi.
 
Les prévisions météorologiques annoncent des précipitations de 15 à 30 cm lorsqu'Alex, actuellement situé à 375 km au sud-est de Brownsville au Texas, atteindra les terres.
 
Une alerte a été émise pour la côte texane, du sud de Baffin Bay jusqu'à l'embouchure du Rio Grande.
Dans le sud du Texas, les autorités ont mobilisé des véhicules de secours, des abris à San Antonio et Laredo et ont dépêché des fournitures dans la vallée du Rio Grande.
 
Les mauvaises conditions météorologiques avec des vents forts, de la pluie et des vagues de quatre mètres de haut ont interrompu les opérations d'incendie contrôlé du brut à la surface de l'eau et d'épandage de dissolvant chimique pour lutter contre la marée noire survenue il y a plus de deux mois.
 
En revanche, la captation du brut et les travaux de forage de puits de dérivation menés par BP se poursuivent.
 
Réduction de la production
 
À Washington, le département d'Etat a indiqué qu'il pourrait accepter les propositions d'aide présentées par une dizaine de pays et d'organismes internationaux pour contenir et nettoyer la marée noire. Le pétrole se déverse dans l'océan depuis 72 jours.
 
Alex ne devrait pas toucher les plate-formes offshore dans le golfe du Mexique mais plusieurs compagnies ont fait évacuer les édifices de forage en raison de la puissance de la dépression. Ces mesures ont entraîné une réduction d'un quart de la production de brut et de 9,4% de la production de gaz dans la zone d'exploitation, rapportent des responsables américains.
 
Le gouvernement américain estime que 35.000 à 60.000 barils s'échappent chaque jour du puits sous-marin endommagé après l'explosion et l'incendie qui ont détruit la plate-forme Deepwater Horizon le 20 avril.
 
Les opérations de contingentement de la fuite permettent de récupérer l'équivalent de 28.000 barils par jour. Ce chiffre pourrait être porté à 53.000 avec des mesures complémentaires.
 
La marée noire va rendre les effets de l'ouragan encore plus désastreux, estime un habitant de Raceland, en Louisiane.
 
"Les vagues vont entraîner le pétrole par dessous les barrages (flottants)", a-t-il expliqué.
Kelly Mills, une habitante de la côte du Mississippi, est excédée. "J'en ai assez. (...) Bientôt le pétrole sera dans nos maisons. Vous allez voir. C'est un nouveau (ouragan) Katrina, mais en pire".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine