Accéder au contenu principal
GUINÉE

Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé sont au second tour de la présidentielle

Texte par : FRANCE 24 avec dépêches
3 min

D'après des résultats provisoires annoncés dans la nuit par la Commission électorale guinéenne, Cellou Dalein Diallo (39,72 %) et Alpha Condé (20,67 %) disputeront le second tour de la présidentielle, qui devrait se tenir le 18 juillet.

Publicité

L’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle de dimanche en Guinée, censée rendre le pouvoir aux civils après des décennies de régime autoritaire. Selon des résultats provisoires publiés vendredi, Cellou Dallein Diallo a recueilli 39,72 % des suffrages, devant

SUR RFI : dossier spécial présidentielle en Guinée

le vétéran de l’opposition Alpha Condé qui obtient 20,67 % des voix. Un autre ancien chef de gouvernement, Sidya Touré est arrivé troisième avec 15,6 % des suffrages.

Si ces résultats étaient confirmés, Diallo et Condé se retrouveraient pour un face-à-face lors du second tour, le 18 juillet. Les candidats ont la possibilité de contester les résultats provisoires avant qu’ils ne soient déclarés définitifs. Vingt partis, sur les vingt-quatre engagés dans l’élection, avaient multiplié les accusations de fraudes, évoquant "des bourrages des urnes", ici ou là. Autant d’accusation que la Commission électorale indépendante (Céni) avait rejetées.

Dans un communiqué lu lors d’une conférence de presse, le président de la commission électorale, Ben Sékou Syllan a précisé que la participation avait atteint 77 %.

Les observateurs de l’Union européenne se sont dits dans l’ensemble satisfaits du déroulement du premier tour.

Interview exclusive avec Rabiatou Serah Diallo, présidente du Conseil national de transition guinéen (CNT)
Interview exclusive avec Rabiatou Serah Diallo, présidente du Conseil national de transition guinéen (CNT)

Après la longue dictature de Sékou Touré, entamée à l’indépendance, en 1958, Lansana Conté, qui s’est emparé du pouvoir par la force en 1984, a gouverné la Guinée sans partage pendant 24 ans.

L’UFR de Sidya Touré, arbitre du scrutin ?

À sa mort, en décembre 2008, l’armée a aussitôt pris la relève, mais le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte, a été écarté du pouvoir après avoir échappé de peu à une tentative d’assassinat commise par son aide de camp, le 3 décembre dernier.

Le général Sékouba Konaté, qui lui a succédé, a ouvert la voie à un pouvoir civil.

La publication des résultats, initialement prévue mercredi, a été reportée de 48 heures, pour des raisons logistiques et des problèmes de sécurité.

Cellou Dallein Diallo, chef de file de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), et Alpha Condé, qui porte les couleurs du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) représentent les deux principales ethnies du pays, respectivement les Peuls (40 % de la population) et les Malinkes (35 %).

Pour Lydie Boka, de l’institut de risque StrategiCo, le duel du second tour sera serré et pourrait déboucher sur un règlement négocié entre les deux rivaux, comme ce fut le cas au Zimbabwe et au Kenya.

À 58 ans, Diallo a une longue carrière politique derrière lui. Il a occupé plusieurs postes ministériels sous le régime de Lansana Conté, et ses adversaires l’accusent d’avoir accumulé une grande fortune personnelle durant cette période.

À près de 73 ans, Alpha Condé est la figure de proue de l’opposition depuis des années mais il est lui aussi perçu comme un membre de la nomenklatura.

Fort de ses 15,6 % de voix, Sidya Touré, de l’Union des forces républicaines (UFR), pourrait jouer les faiseurs de roi.

 

it
FR NW PKG HISTORIQUE GUINEE.wmv

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.