INTERNET

La forteresse Apple ébranlée par un nouveau couac

L'App Store d’Apple a été victime d’une attaque qui a permis à des mangas vietnamiens d’être parmi les livres les plus vendus... Un nouveau revers pour le groupe qui accumule les mauvaises surprises depuis le lancement de l’iPhone 4.

Publicité

Les jours passent et les tracas s’amassent pour Apple. Son magasin en ligne d’applications pour l’iPhone, l’App Store, a été victime ce week-end d’une énorme fraude.... Conséquence : parmi les livres les plus vendus figurent 40 ouvrages parus le même jour. Aucun Dan Brown, pas de Marc Levy mais des mangas mineurs d’origine… vietnamiennes.

En parallèle sur Twitter et sur le forum spécialisé MacRumors, les témoignages d’utilisateurs de l’App Store et d’iTunes qui ont constaté des achats bizarres sur leur compte se multiplient. Certains évoquent des ordres de 600 dollars qui ont été passés à leur insu. "J’ai découvert, après que ma banque m’a signifié que j’étais passé dans le rouge, qu’un autre ordinateur avait accès à mon compte iTunes", raconte ainsi un utilisateur du forum MacRumors.

Applications retirées

Les soupçons se portent très vite sur un développeur vietnamien qui s’occupe de mettre sur le magasin en ligne d’Apple les livres de plusieurs petits éditeurs vietnamiens. Dès dimanche, Apple, par la voix de son vice-président marketting, Philip Schiller, indique à un développeur américain être sur le coup. Dans la soirée, toutes les applications et livres soumis par le développeur mis en cause sont retirés du catalogue d’iTunes.

Reste que des centaines d’utilisateurs ont perdu de l’argent dans l’histoire et se demandent s’ils vont être remboursés. Surtout, cette mésaventure jette un doute sur la sécurité de la célèbre plateforme d’achat en ligne d’Apple. A tel point que plusieurs sites de référence, de Mashable à CNet, appellent à ne pas laisser ses coordonnées bancaires sur l’iTunes.

Un couac qui vient s’ajouter à une série de déconvenues ces dernières semaines pour Apple. Depuis le lancement de l’iPhone 4 le 7 juin, le géant de Cupertino (Californie) a dû faire face à une série de revers qui ont écorné son image. Des gros problèmes de stocks ont suscité des files d’attentes interminables d’acheteurs potentiels à travers tous les Etats-Unis. Par la suite, un grand nombre d’"heureux" possesseurs de l’iPhone 4 ont rapporté des coupures intempestives et à répétition d’appels. Une critique dont Apple a eu le plus grand mal à se dépêtrer.

Cafouillage

Dans un premier temps, le groupe a cru bon d’expliquer aux utilisateurs qu’ils tenaient mal leur téléphone. Une pirouette qui n’a fait qu’amplifier la grogne et donner à certains concurrents, comme Nokia, l’occasion de lancer des campagnes de publicité sur le thème "vous pouvez tenir nos téléphones comme bon vous semble". Du coup, Apple a poussé son "enquête" plus loin et trouvé un problème d’affichage qu’il a promis de régler dans les semaines à venir.

Steve Jobs, le pdg du groupe, a également été impliqué dans un cafouillage médiatique. Dans un soi-disant échange de mails à un acheteur mécontent, il aurait fini par dire qu’il fallait "se calmer" et qu’il ne s’agissait après tout "que d’un téléphone". Pour quelqu’un qui répète à longueur de conférences que ses produits sont révolutionnaires, cette discussion, largement relayée sur le Net, a fait une mauvaise impression. Apple s’est promptement excusé arguant que ce n’était pas Steve Jobs l’auteur des réponses. Le site à l’origine de la fuite, Boy Genius Report, maintient que les mails émanent bien de la boîte personnelle du charismatique patron d’Apple…

Malgré toute cette mauvaise publicité, la marque à la pomme a tout de même pu se féliciter mercredi dernier d’avoir vendu en trois jours 1,7 millions d’iPhone 4. Un record absolu.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine