CHINE

Un géologue américain condamné à huit ans de prison

Arrêté en 2007, Xue Feng, un géologue américain, a été condamné à huit ans de prison par la justice chinoise pour avoir tenté de se procurer et de communiquer à l'étranger une base de données de l'industrie pétrolière couverte par le secret d'État.

Publicité

AFP - Un géologue américain a été condamné lundi à huit ans de prison en Chine pour avoir tenté de se procurer et de communiquer à l'étranger une base de données de l'industrie pétrolière couverte par le secret d'Etat, selon une source diplomatique et une association de défense des droits de l'Homme.

L'ambassadeur américain en Chine, Jon Huntsman, qui a assisté au rendu du verdict à Pékin, a déploré la sévérité de la sentence contre Xue Feng, a indiqué la porte-parole de l'ambassade Susan Stevenson.

"Le gouvernement américain est inquiet au sujet de la santé du docteur Xue. nous avons également des inquiétudes en ce qui concerne son droit à un procès équitable en vertu du droit chinois", a-t-elle dit à l'AFP.

"La protection des citoyens américains à l'étranger est notre priorité absolue. Nous continuerons de lui rendre visite et de discuter de son cas avec le gouvernement chinois", a-t-elle ajouté.

Le tribunal était injoignable lundi.

M. Xue, 44 ans, né en Chine mais qui bénéficie de la nationalité américaine, avait été arrêté dans le pays asiatique en 2007 alors qu'il s'apprêtait à regagner les Etats-Unis, a indiqué dans un communiqué la fondation Dui Hua, un groupe de défense des droits de l'Homme.

Xue Feng travaillait à l'époque pour le cabinet de consultant en matières premières IHS, selon la même source.

Xue et son employeur ont affirmé qu'ils pensaient que la base de données pouvait être acquise à titre commercial.

Ce n'est qu'une fois achetée par M. Xue que cette base avait été couverte par le secret d'Etat, selon Dui Hua.

Joshua Rosenzweig de Dui Hua a affirmé à l'AFP avoir des doutes sur la manière dont le citoyen américain a été traité par la police chinoise.

"Certaines des déclarations de Xue Feng à la police pourraient avoir été obtenues sous la contrainte, y compris la torture", a-t-il expliqué.

Lors de ses rencontres avec des responsables consulaires américains, Xue leur a montré des cicatrices sur ses bras provoquées par des brûlures de cigarettes infligées par ses interrogateurs, a affirmé M. Rosenzweig.

"Une terrible injustice a été faite à M. Xue et à sa famille, qui attend depuis plus de deux ans qu'un tribunal décide du sort de cet homme", a estimé de son côté dans un communiqué le directeur exécutif de Dui Hua, John Kamm.

"J'espère seulement que la Haute cour de Pékin reconsidérera la lourde peine qui a été infligée et le fera de manière assez rapide pour que cet homme, qui souffre de problèmes cardiaques graves, puisse rentrer le plus vite possible chez lui auprès de sa famille et des médecins", a-t-il ajouté.

Ce cas illustre de nouveau la difficulté de faire des affaires en Chine, en particulier pour ceux qui sont nés en Chine et ont pris une nationalité étrangère.

L'Australien Stern Hu, d'origine chinoise et ancien responsable du groupe Rio Tinto à Shanghai, avait été condamné à dix ans de prison en mars pour corruption et espionnage industriel.

Ce procès avait été suivi avec intérêt et une certaine inquiétude par la communauté d'affaires étrangères en Chine et l'Australie.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine