ROYAUME-UNI

Londres réfléchit à un plan d'urgence en cas d'effondrement du groupe BP

Selon le quotidien The Times, le gouvernement britannique étudierait la possibilité d'un plan d'urgence si le pétrolier BP venait à s'effondrer. La marée noire dans le golfe du Mexique a déjà coûté trois milliards d'euros au groupe.

Publicité

AFP - Le gouvernement britannique réfléchit à un plan d'urgence au cas où le groupe pétrolier BP qui est aux prises avec la marée noire dans le golfe du Mexique s'effondrerait ou serait la proie d'un rachat, écrit mardi le quotidien The Times.

Ces discussions, observe le quotidien, reflètent l'inquiétude grandissante du gouvernement sur les possibles conséquences d'un effondrement de BP, qui était le plus grand groupe britannique avant de perdre la moitié de sa valeur depuis le mois d'avril.

BP emploie en effet plus de 10.000 personnes au Royaume-Uni, et ses dividendes alimentent nombre de retraites dans le pays. Le groupe a par ailleurs payé 5,8 milliards de livres d'impôts (7 mds EUR) en 2009.

Il contrôle en outre des actifs énergétiques importants au Royaume-Uni, comme le système d'oléoducs qui relie une cinquantaine de champs pétroliers et gaziers en mer du nord. Il contrôle aussi des actifs stratégiques à l'étranger comme l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan qui relie l'Europe à l'Azerbaïdjan.

Selon certaines informations mardi matin, le directeur général de BP Tony Hayward devait d'ailleurs se rendre en Azerbaïdjan dans la journée.

Selon le Times, le Premier ministre britannique David Cameron doit discuter de BP avec les autorités américaines lorsqu'il se rendra le 20 juillet à Washington avec le ministre de l'Energie Chris Huhne.

Une personne proche des discussions gouvernementales sur BP a indiqué au Times que, bien "qu'on ne sache pas trop où cela va aller, le gouvernement doit se tenir prêt à toute éventualité". L'une des possibilités envisagées serait que le gouvernement intervienne pour protéger BP, un peu à la manière des banques pendant la crise financière, a précisé une autre source au quotidien. BP était une compagnie nationale jusqu'à 1987.

Le Financial Times a par ailleurs indiqué mardi que, tout en étant très intéressé par l'arrivée de nouveaux investisseurs à son capital, notamment les fonds souverains des Etats du Golfe, BP n'avait pas pour autant l'intention d'émettre de nouvelles actions pour les vendre à de tels investisseurs.

Interrogés sur ce plan par le FT, le ministère des Entreprises a refusé de commenter "d'hypothétiques plans, qu'ils existent ou non", tandis que BP a dit "ne pas avoir remarqué d'attention particulière" de la part du gouvernement.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine