ÉTATS-UNIS - ISRAËL

Obama exige la reprise de pourparlers israélo-palestiniens directs d'ici à la fin septembre

Lors de la visite aux États-Unis du Premier ministre israélien, le président américain a réitéré son souhait de voir se tenir des négociations directes avant l'expiration, le 26 septembre, du gel des colonies juives en Cisjordanie.

Publicité

AFP - Le président Barack Obama a appelé mardi à une reprise des négociations de paix directes d'ici à la fin septembre entre Palestiniens et Israël lors d'un entretien à la Maison Blanche avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu auquel il a renouvelé sa confiance.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a réagi en estimant que des progrès étaient nécessaires avant de passer à des négociations de paix directes. "La direction palestinienne attend des réponses sur les frontières et la sécurité pour savoir si elle doit engager des négociations directes", a déclaré son porte-parole Nabil Abou Roudeina à l'AFP.

it
"ON A ESSAYÉ DE POSITIVER"

M. Obama a souhaité que ces négociations directes soient lancées avant l'expiration, le 26 septembre, du gel provisoire et partiel de la construction dans les colonies juives de Cisjordanie.

"Je crois que le Premier ministre Netanyahu veut la paix. Je pense qu'il est prêt à prendre des risques pour la paix", a déclaré M. Obama.

Les Palestiniens ont suspendu le dialogue direct en décembre 2008 après l'offensive israélienne contre Gaza. Depuis début mai, des pourparlers indirects ont repris via le médiateur américain George Mitchell mais ils n'ont encore débouché sur rien même si Washington a fait état de "progrès".

M. Netanyahu a indiqué qu'il avait eu des "discussions approfondies" avec le président Obama et souligné qu'il était "grand temps" de passer aux discussions directes avec les Palestiniens.

Il a ajouté qu'il était prêt à rencontrer à tout moment Mahmoud Abbas, mais les Palestiniens accusent Israël de plomber les négociations via la politique de constructions dans les colonies.

M. Obama a dit espérer que l'élan que pourrait créer des négociations directes pourrait rendre la question du gel des constructions moins centrale d'ici septembre.

Renouvelant sa confiance envers le dirigeant israélien, le président américain l'a félicité pour l'allègement du blocus de Gaza décrété par Israël.

MM. Obama et Netanyahu sont apparus côte à côte lors d'une conférence de presse à l'occasion de laquelle ils se sont serré la main.

Ces images tranchent nettement avec la visite effectuée en mars à Washington par M. Netanyahu: la Maison Blanche lui avait alors réservé un accueil glacial après l'annonce par Israël de la construction de 1.600 logements dans un quartier de colonisation de Jérusalem-Est annexé.

Autre dossier évoqué par les deux dirigeants: le nucléaire iranien.

"Nous avons l'intention de maintenir la pression sur l'Iran pour qu'il respecte ses engagements internationaux et cesse ses comportements provocateurs qui font (du pays) une menace pour ses voisins et la communauté internationale", a dit M. Obama.

M. Netanyahu a appelé à des sanctions "beaucoup plus dures" contre Téhéran.

L'Iran a affirmé mardi être prêt à reprendre en septembre les négociations avec les pays du groupe 5+1 sur son programme nucléaire à condition que les objectifs de ce dialogue soient clairement définis au préalable.

"Si l'offre de dialogue de l'Iran avec le groupe 5+1 est sérieuse, alors je pense que nous sommes prêts à une rencontre", a réagi un porte-parole du département d'Etat Mark Toner.

Quant au programme nucléaire israélien, M. Obama a dit refuser que l'Etat hébreu soit "singularisé" pour que la conférence sur un Proche-Orient dénucléarisé ait des chances d'avoir lieu comme prévu en 2012.

Israël n'a jamais reconnu posséder l'arme atomique, mais M. Obama a reconnu que l'Etat hébreu avait "des obligations exceptionnelles en matière de sécurité".

Mercredi, M. Netanyahu se rendra à New York pour rencontrer le chef de l'ONU Ban Ki-moon. Jeudi, il s'entretiendra avec l'ancien président Bill Clinton.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine