FRANCE

Alerte canicule déclenchée en Île-de-France et dans sept départements de l'Est

La canicule devrait frapper trois jours durant l'Île-de-France et l'est du pays, selon Météo France. Une chaleur néanmoins "sans commune mesure" avec celle de l'été 2003 durant lequel 15 000 personnes, âgées pour l'essentiel, étaient décédées.

Publicité

AFP - Paris et la petite couronne, le Rhône et l'Alsace: la canicule s'est installée jeudi sur plusieurs régions françaises mais cet épisode d'au moins trois jours devrait être "sans commune mesure" avec celui d'août 2003, selon Météo France.

L'absence de vent et l'humidité de l'air accentuent la sensation de chaleur pesante, a mis en garde l'organisme de prévisions, appelant à la vigilance en particulier pour les personnes âgées et les enfants.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot s'est voulu jeudi rassurante, affirmant que "les leçons" de l'été 2003 - au cours duquel près de 15.000 personnes, âgées pour l'essentiel, étaient mortes en raison d'une chaleur exceptionnelle - avaient été tirées.

"Les professionnels sont mobilisés, tant les professionnels de santé de ville que le personnel des établissements médico-sociaux qui accueillent des personnes âgées et des personnes handicapées", a-t-elle déclaré au départ de la 5e étape du Tour de France, à Epernay (Marne).

Les températures devraient être particulièrement élevées sur la plaine d'Alsace avec des niveaux de température de 35/36°C proches des records pour la période.

En plus de Paris, sept départements (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Haut-Rhin, Bas-Rhin, Territoire de Belfort et Rhône) ont été placés jeudi en vigilance orange pour canicule par Météo France. La fin de l'événement caniculaire dans la région parisienne est prévue "au plus tôt" samedi à 7H00.

"Pour l'instant, nous n'avons pas d'information qui nous permette de dire que l'épisode va s'inscrire sur une durée longue", a expliqué à l'AFP Cyrille Honoré, directeur adjoint de la prévision à Météo France, soulignant que vendredi et samedi devraient être les journées les plus chaudes.

Le préfet de Paris et préfet de région a déclenché dans la foulée le niveau "mise en garde et actions" du plan canicule.

Un numéro d'appel (3975) a été mis en place par la mairie et des salles "rafraîchies", dont la liste sera diffusée par panneaux d'affichage, sont progressivement ouvertes. Les équipes municipales, les secouristes et la police sont mobilisés pour aller à la rencontre des personnes fragiles, a précisé la préfecture.

L'AP-HP, qui compte près d'une quarantaine d'hôpitaux en région parisienne, a indiqué jeudi en fin d'après-midi qu'elle n'avait enregistré aucun regain particulier d'activité dans les services d'urgences de ses établissements.

Cette vigilance orange pour canicule ne devait, a priori, pas être étendue à de nombreux autres départements. "Pour l'instant, on ne voit pas une extension géographique majeure", a expliqué Cyrille Honoré.

Les plus vulnérables face à la canicule sont les personnes âgées, les personnes atteintes de maladie chronique ou de troubles de la santé mentale, celles prenant régulièrement des médicaments, les personnes isolées et les enfants.

Neuf départements du sud-ouest de la France (tous les départements d'Aquitaine, plus la Charente, la Charente-Maritime, le Gers et les Hautes-Pyrénées), ont par ailleurs été placés en vigilance orange en raison des orages "localement très violents" attendus dans la nuit de jeudi à vendredi.

Météo France table sur un été 2010 plus chaud et plus sec que la moyenne des 30 dernières années en France mais rappelle que ces prévisions saisonnières globales peuvent dissimuler d'importantes différences entre régions d'une part et les différentes périodes de l'été d'autre part.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine