Accéder au contenu principal
TOUR DE FRANCE

Mark Cavendish double la mise

Texte par : Dépêche
4 min

Déjà vainqueur de l'étape d'hier, Mark Cavendish a remporté la sixième étape du Tour de France, courue entre Montargis et Gueugnon. Au classement général, pas de changement : Fabian Cancellara conserve le maillot jaune.

Publicité

AFP - Le Britannique Mark Cavendish (HTC-Columbia), vainqueur pour la deuxième fois en deux jours, a rétabli sa suprématie dans les sprints du Tour de France, vendredi à Gueugnon (centre de la France), où il a enlevé la sixième étape.

A la veille de l'entrée en moyenne montagne, dans le Jura, le Suisse Fabian Cancellara (Saxo Bank) a conservé le maillot jaune de leader.

Cavendish a dominé nettement l'Américain Tyler Farrar et le vainqueur des deux premiers sprints massifs, l'Italien Alessandro Petacchi.

L'Australien Robbie McEwen a pris la quatrième place devant l'Allemand Gerald Ciolek et le Français Sébastien Turgot, une nouvelle fois sixième au terme de cette étape de 227,5 kilomètres, la plus longue du Tour.

Au cours de cette chaude journée après la pluie d'avant-course, une échappée de trois coureurs, le Français Matthieu Perget, l'Espagnol Ruben Pérez et l'Allemand Sebastian Lang, a ouvert la course dès le 1er kilomètre, à la sortie de Montargis.

L'écart a culminé à 8 minutes (Km 60) avant que le peloton, mené le plus souvent par les équipiers de Mark Cavendish, se rapproche dans le final (35 sec aux 25 km) et réalise la jonction après le passage sous la banderole des dix derniers kilomètres.

Au sprint, les équipiers de Farrar ont préparé le sprint pour l'Américain avant la dernière ligne droite. Mais l'Australien Mark Renshaw a surgi au moment juste pour mettre Cavendish sur orbite.

La douzième comme Zabel

Au lendemain de son succès de Montargis qui mettait fin à une période de doutes, le coureur de l'île de Man a exprimé sa joie. Tout sourire dehors au contraire de l'émotion qui l'avait étreint la veille, quand il avait pleuré sur le podium puis éclaté en sanglots devant les caméras.

"Mes coéquipiers ont fait un travail incroyable", a souligné le vainqueur du jour. "Ensuite, je n'ai eu qu'à suivre Renshaw. Il m'emmène d'un train à l'autre (le sillage des équipiers de ses adversaires) et il me lance aux 200 mètres".

Agé de 25 ans, Cavendish a enlevé sa douzième victoire d'étape dans le Tour (quatre en 2008, six en 2009, deux en 2010). Il a rejoint au palmarès Robbie McEwen mais aussi l'Allemand Erik Zabel, qui le conseille actuellement, et l'Italien Mario Cipollini.

Mais, par rapport à ses aînés, autant de références du sprint dans les années 1990 et 2000, "Cav" a brûlé les étapes. Il a atteint ce score à sa quatrième participation dans la Grande Boucle.

"Je suis là pour me battre, pour gagner des étapes. J'ai envie d'en gagner le plus possible", a souligné le Britannique.

"Mais je ne veux pas accaparer la gloire, a-t-il ajouté. Dans l'équipe, on forme un tout. Je ne suis qu'une partie de ce tout et cela ne m'avait pas plu du tout d'avoir été celui qui avait raté mercredi".

Les premiers reliefs

Cavendish a signé à Gueugnon, une ville-étape inédite, son cinquième succès de la saison.

Le Norvégien Thor Hushovd, dixième sur la ligne, est parvenu à garder le maillot vert du classement par points, avec 4 points d'avance sur Petacchi.

"Je vise le maillot vert, c'est ma couleur préférée", a reconnu Cavendish qui arbore des lunettes à monture verte. "Il n'est peut-être plus à ma portée, j'ai un peu perdu au début du Tour. Malgré mes bons sprints, cela va être difficile. Mais j'espère encore gagner (des étapes)".

Les sprinteurs doivent toutefois attendre maintenant la sortie des Alpes, jeudi prochain à Bourg-lès-Valence (11e étape), pour retrouver une occasion.

Samedi, le Tour aborde ses premiers reliefs dans la septième étape (165,5 km) entre Tournus et la station des Rousses, tout près de la frontière suisse.

Le parcours multiplie les montées sans gros pourcentage. Pas moins de 55,4 kilomètres au total pour rejoindre l'arrivée à l'altitude de 1168 mètres.

Le sommet de la dernière montée, la côte de Lamoura (14 km à 5 %), est situé à seulement 4 kilomètres de la ligne aux Rousses, une commune où réside le champion olympique du combiné nordique, Jason Lamy-Chapuis.

Départ de Tournus à 13h00 (lancé à 13h07), arrivée aux Rousses vers 17h22 (prévision à 39 km/h de moyenne).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.