AFGHANISTAN

Trois soldats britanniques tués par un militaire afghan, Londres évoque une trahison

Trois soldats britanniques ont été tués par un militaire afghan, ce mardi, dans la province du Helmand, dans le sud du pays. Londres dénonce une "trahison" et une "attaque préméditée" et annonce l'ouverture d'une enquête.

Publicité

AFP - Le gouvernement britannique a confirmé mardi la mort de trois de ses soldats dans le sud de l'Afghanistan, "trahis" par un militaire afghan qui a ouvert le feu au cours d'une "attaque préméditée" sur des troupes de la force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf).

Le ministre de la Défense Liam Fox a dénoncé "un acte méprisable et lâche" qui fera l'objet d'une "enquête approfondie" de l'Isaf et de l'armée afghane.

SUR RFI - Webdocumentaire

"L'entraînement et le développement des forces de sécurité nationales afghanes sont essentiels à la mission internationale en Afghanistan et ces événements n'entameront pas les réels progrès que nous continuons d'enregistrer", a-t-il averti dans un communiqué.

"Les forces britanniques et de l'Isaf travaillent main dans la main avec les Afghans et continueront à le faire avec détermination", a-t-il ajouté.

Selon le ministère, trois soldats du 1er bataillon The Royal Gurkha Riffle ont été tués mardi matin à Nahr-e Saraj, dans la province méridionale du Helmand, par un militaire afghan.

"Nous pensons qu'il s'agit de l'acte d'un seul individu qui a trahi ses compagnons de l'Isaf et de l'armée afghane" au cours d'"une attaque préméditée", a indiqué un porte-parole de la coalition.

"Nous ne savons pas pour le moment où il se trouve mais nous mettons tout en oeuvre pour le trouver. Ses actes ne nous détourneront pas de notre mission et nous continuerons à travailler étroitement avec nos amis afghans pour assurer la sécurité dans le Helmand", a-t-il souligné.

Sur place, l'Isaf a indiqué qu'elle enquêtait sur la mort de trois de ses soldats et les blessures de plusieurs autres.

Ce décès porte à 317 le nombre des pertes britanniques dans le pays depuis le début de l'intervention en 2001.

La force internationale compte environ 140.000 hommes en Afghanistan, dont 9.500 Britanniques qui constituent le deuxième contingent derrière les Américains.

Le Premier ministre britannique David Cameron a affirmé le 25 juin qu'il souhaitait que les troupes britanniques soient rapatriées d'ici à cinq ans, sans toutefois fixer de calendrier précis.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine