Accéder au contenu principal

Accusé par Bogota d'abriter des Farc, Chavez rappelle son ambassadeur de Colombie

Suite aux déclarations de la présidence colombienne, vendredi, accusant le Venezuela de tolérer la présence de dirigeants des Farc, le président vénézuélien Hugo Chavez a rappelé son ambassadeur Gustavo Marquez de Colombie.

Publicité

AFP - Des accusations de Bogota sur la présence de dirigeants de guérillas colombiennes au Venezuela ont entraîné le rappel de l'ambassadeur de ce pays en Colombie, ravivant les tensions entre les deux voisins avant le départ du président sortant colombien Alvaro Uribe.

Vendredi matin, le Venezuela a rappelé son ambassadeur en Colombie, Gustavo Marquez, après lui avoir remis "une note de protestation officielle du gouvernement vénézuélien rejetant les mensonges (...) du gouvernement du président Alvaro Uribe", a annoncé le chef de la diplomatie vénézuélienne Nicolas Maduro.

Auparavant, la présidence colombienne avait menacé de "recourir à des instances internationales" pour régler le problème de la présence présumée de chefs rebelles colombiens sur le sol vénézuélien, le dialogue "pendant six ans" avec Caracas sur ce sujet s'étant révélé "infructueux".

Caracas a rejeté cette "nouvelle attaque du président sortant colombien" Uribe, qui quittera le pouvoir le 7 août, cherchant ainsi à achever "son oeuvre de destruction des relations colombo-vénézuéliennes entreprise avec une obsession maladive ces dernières années".

En fin de journée Alvaro Uribe a pour sa part demandé à l'OEA de convoquer en urgence son conseil permanent, "pour examiner la présence de terroristes colombiens en territoire vénézuélien".

Bogota avait diffusé jeudi une liste de cinq hauts dirigeants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) et de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste) se trouvant au Venezuela.

L'annonce est intervenue à un moment où les relations colombo-vénézuéliennes sont au plus bas depuis que Bogota a annoncé il y a un an un accord permettant à l'armée américaine d'utiliser au moins sept bases aériennes en Colombie.

Hugo Chavez, jugeant cet accord menaçant, a annoncé fin juillet 2009 le "gel" des relations diplomatiques avec Bogota - une mesure sans conséquence réelle puisque son ambassadeur est resté en Colombie - et son intention de remplacer les produits importés de Colombie.

Les exportations colombiennes vers son voisin se sont effondrées depuis (-71,4% de janvier à mai 2010 par rapport à la même période de 2009).

Les accusations du président Uribe ont aussi suscité des réserves en Colombie, non sur leur véracité, mais sur le moment choisi pour les lancer.

"Ce qui attire mon attention c'est qu'à vingt jours de la prise de fonctions d'un nouveau président (Juan Manuel Santos, ndlr) et alors que des démarches très importantes sont en cours pour tenter de normaliser les relations, on fasse ainsi éclater un scandale médiatique avec ces preuves présumées probablement en possession du gouvernement depuis plusieurs mois", a déclaré l'ex-président colombien Ernesto Samper.

"On cherche ainsi à entraver ce processus de normalisation entamé par le président (Santos) lorsqu'il a invité (...) Hugo Chavez à sa prise de fonctions", a-t-il ajouté.

M. Chavez a pour sa part estimé que les accusations colombiennes étaient le produit "du désespoir du groupe d'extrême droite entourant Uribe pour tenter d'entraîner un grand conflit et empêcher Santos de rétablir des relations respectueuses avec le Venezuela".

M. Santos a appelé jeudi à "ouvrir un dialogue (avec le Venezuela, ndlr) pour résoudre le problème posé: celui de la présence de terroristes sur le territoire vénézuélien".

Les Etats-Unis, principal allié de Bogota, se sont dit "préoccupés".

"Le Venezuela est obligé, en tant que membre des Nations unies, de l'OEA et de l'Union des nations d'Amérique du sud (Unasur), d'interdire à des groupes terroristes la possibilité d'agir au sein de son territoire", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.