DÉFENSE

Pékin se dit préoccupé par les exercices militaires américano-coréens

À quelques jours du début des exercices militaires entre la Corée du Sud et les États-Unis en mer du Japon, la Chine dit craindre une aggravation des "tensions régionales".

Publicité

AFP - La Chine a exprimé mercredi sa "préoccupation" au sujet des exercices militaires entre la Corée du Sud et les Etats-Unis devant débuter dimanche en mer du Japon, estimant qu'ils pouvaient aggraver les "tensions régionales".

"Nous exprimons notre préoccupation au sujet de ces activités", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang dans un communiqué.

"Nous appelons toutes les parties à maintenir calme et retenue et à ne rien faire qui soit susceptible d'aggraver les tensions régionales", a-t-il dit.

Mardi, dans un communiqué commun, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont affirmé que ces exercices militaires à grand échelle étaient destinés à adresser un "message fort" à la Corée du Nord.

Les deux pays alliés, s'appuyant sur les conclusions d'une enquête internationale, accusent la Corée du Nord d'être responsable du naufrage fin mars de la corvette sud-coréenne Cheonan qui avait causé la mort de 46 marins.

La Corée du Nord a imputé l'incident à un complot contre elle de sa voisine du sud et des Etats-Unis.

La Chine, proche alliée de Pyongyang, a refusé de critiquer son voisin sur ce dossier et n'a cessé de mettre en garde les Etats-Unis et la Corée du Sud sur leur volonté d'organiser des exercices.

"Nous nous opposons à ce que des navires et avions militaires étrangers participent en Mer Jaune ou dans les eaux proches de la Chine à des activités qui affectent les intérêts de la sécurité chinoise", a affirmé mercredi Qin Gang.

"Nous continuerons à suivre l'évolution de la situation", a-t-il conclu.

La Chine, alliée de la Corée du Nord, avait déjà exprimé son opposition à des exercices en mer Jaune, entre ses côtes et la péninsule coréenne. En conséquence, le ministère sud-coréen de la Défense avait indiqué que les manoeuvres seraient partiellement transférées de la mer Jaune vers la mer du Japon.

Le premier exercice, qui aura lieu du 25 au 28 juillet, mobilisera 8.000 Américains et Sud-Coréens, une vingtaine de navires et sous-marins, dont le porte-avions nucléaire américain George Washington, ainsi que quelque 200 avions, dont le chasseur américain F-22, selon un communiqué de l'armée américaine.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine