Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

Asie - pacifique

Washington va durcir ses sanctions contre la Corée du Nord

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2010

En visite à Séoul, la secrétaire d'État américaine a annoncé que les États-Unis allaient prendre de nouvelles sanctions économiques et financières contre Pyongyang. Elles concerneront en priorité le commerce des armes et des produits de luxe.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a annoncé mercredi de nouvelles sanctions économiques et financières à l'encontre de la Corée du Nord, à l'occasion d'une visite officielle à Séoul.

Mme Clinton a évoqué lors d'une conférence de presse une série de mesures destinées à "améliorer notre capacité à éviter la prolifération nord-coréenne, à mettre un terme à leurs activités illicites qui aident à financer leurs programmes d'armements, et à décourager d'autres actes de provocation".

"WASHINGTON ANNONCE DE NOUVELLES SANCTIONS BILATÉRALES"

La veille, les Etats-Unis et la Corée du Sud avaient annoncé une série d'exercices militaires conjoints en mer Jaune et en mer du Japon, en vue d'envoyer un "message fort" à Pyongyang.

Séoul et Washington accusent la Corée du Nord - qui dément fermement - d'avoir torpillé le 26 mars la corvette sud-coréenne Cheonan près de la ligne de démarcation maritime intercoréenne, provoquant la mort de 46 marins sud-coréens.

Les premières sanctions annoncées par Mme Clinton visent l'achat et la vente d'armes, mais aussi de produits de luxe.

Les mesures contre le commerce de produits de luxe cherchent à atteindre directement la direction du régime, a précisé ensuite un responsable américain.

Le département d'Etat et le Trésor vont geler les avoirs de nouvelles entités et individus, et "développer de nouveaux efforts (...) pour empêcher des sociétés nord-coréennes ayant des activités illicites" d'opérer à l'étranger et d'utiliser des services bancaires.

Le fait que la plupart de ces entités et individus n'ont pas de comptes bancaires aux Etats-Unis importe peu, a expliqué un diplomate américain. Leurs banques n'en prendront pas moins garde aux risques pour leur réputation, a-t-il expliqué.

Washington va aussi renforcer son action pour empêcher les déplacements à l'étranger "d'agents de la prolifération" nord-coréens.

Les Etats-Unis vont enfin "faire pression sur des pays pour qu'ils n'achètent pas à la Corée du Nord et ne lui vendent pas de marchandises liées à la prolifération" nucléaire.

La Corée du Nord, un pays économiquement à terre, est déjà sous le coup de nombreuses sanctions internationales depuis ses deux essais nucléaires de 2006 et 2009.

Pyongyang avait claqué la porte des pourparlers à six pays (Etats-Unis, deux Corées, Chine, Russie, Japon) en avril 2009, après un tir de missile controversé sanctionné par le Conseil de sécurité de l'ONU. Ce dialogue, entamé en 2003, vise à persuader le pays de renoncer à ses programmes atomiques.
 

Première publication : 21/07/2010

  • DIPLOMATIE

    Robert Gates en Corée du Sud pour réaffirmer le soutien de Washington à Séoul

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Hillary Clinton se rend en Corée du Sud pour réaffirmer à Séoul le soutien de Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)