Intelligence économique

Guerre économique : l'espionnage ne date pas d'hier

Le renseignement est sans doute l’autre plus vieux métier du monde puisque pour indiquer aux clients le lieu des maisons closes il était nécessaire que des informateurs en connaissent l’adresse...Le renseignement, qui se résumait autrefois à une simple récolte d’informations s’est structuré et professionnalisé au fil du temps. « Intelligence économique » vous emmène sur les traces des premiers agents du renseignement.

Publicité

« Ayez des espions partout, soyez instruit de tout, ne négligez rien de ce que vous pourrez apprendre » écrivait le général chinois Sun Tzu dans son traité L’art de la guerre au 5ème siècle avant JC. Dans son œuvre il évoque la fonction essentielle des informateurs dans l’armée et distinguent plusieurs catégories d’espions : les espions locaux, les espions infiltrés, les agents doubles. Il dispense même un conseil aux souverains :

« L’office des lettres et des espions » était chargé de consigner dans des registres toutes les informations concernant ces « mouchards » raconte l’historienne Aude Cirier. Cette spécialiste de l’Italie médiévale raconte que l’on trouve des preuves de la présence d’espions professionnels dès le XIII ème siècle. Parmi les sources qui l’atteste ; des relevés de salaires ou des comptes rendus codés, les prémices de la cryptographie.

Et la guerre économique ne semble pas non plus être une notion nouvelle, si l’on en croit Pierre Grandet. Cet égyptologue, professeur à l’Institut Khéops raconte que dès le 2ème millénaire avant Jésus-Christ une guerre économique pour le Bronze opposait les égyptiens aux puissances du Nord. Le précieux métal est un alliage de Cuivre et d’Etain et alors que les Egyptiens possédaient du cuivre ils avaient besoin des puissances du Nord qui eux exploitaient l’Etain. L’un n’allant pas sans l’autre, les puissances se sont donc souvent heurtées pour défendre leurs suprématies.

Avec le temps, les activités de renseignement ont évolué et se sont perfectionnées. Aujourd’hui le terme recouvre plusieurs notions. Contrairement à une croyance populaire, cela ne signifie pas exclusivement l’exploitation illégale de sources secrètes ou dissimulées ce qui s’apparente plutôt à des pratiques d’espionnage. Il peut aussi s’agir, comme pour le renseignement économique d’une activité de veille informationnelle utile aux acteurs économiques.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine