INTERNET

La fausse "geekette" embarrasse des professionnels du renseignement sur Facebook & co

Thomas Ryan a révélé qu'il a créé de toutes pièces le personnage de Robin Sage, une experte en informatique au joli minois. En se faisant passer pour elle sur les réseaux sociaux, il a trompé experts et militaires.

Publicité

Elle était la "geekette" parfaite. Un cursus universitaire impressionnant - le MIT et une prestigieuse prépa’ du New Hampshire - et un joli minois. En moins d’un mois, Robin Sage s’est fait plus de 300 "amis" sur les réseaux sociaux. Des spécialistes en sécurité informatique, des agents du renseignement américain, des militaires ont tous voulu mieux la connaître…virtuellement.

Sauf que Robin Sage s’appelle en réalité Thomas Ryan. Un homme qui se fait passer pour une femme sur Facebook, Twitter, LinkedIn rien de plus banal ? En fait, cet expert et fondateur d'une entreprise de sécurité informatique a créé cet avatar aguichant dans l’unique but de démontrer que les réseaux sociaux peuvent "mettre en danger la sécurité des entreprises, voire la sécurité nationale".

Pour Thomas Ryan, l’expérience a été concluante. Il doit présenter les résultats complets de sa tromperie cette semaine lors de la conférence Black Hat qui se tient à Las Vegas et qui est consacrée à la sécurité informatique. Mais il a déjà commencé à en divulguer certains détails croustillants.

Il a ainsi confirmé avoir eu accès aux comptes bancaires et aux e-mails d’un ancien soldat américain à la retraite. Des discussions avec un autre militaire lui ont également permis de connaître les horaires de vol d’un hélicoptère en mission en Afghanistan. Autant d’informations qui, explique-t-il, ne devraient pas circuler aussi facilement sur la Toile.

Naïveté

Le choix de l’avatar n’a, bien sûr, pas été innocent. "80 % de mes nouveaux amis étaient des hommes, raconte Thomas Ryan. Certains d’entre eux n’ayant pas hésité à me demander de dîner avec eux."

En tant que Robin Sage, l’expert a pu connaître tout le réseau professionnel sur LinkedIn de personnes exerçant des postes sensibles, comme le chef de cabinet d’un membre éminent du congrès américain. Thomas Ryan a été particulièrement étonné par la naïveté de ses "conquêtes" numériques. Son CV faisait état de 8 ans d’expérience professionnelle… complètement bidonnée. Il semblerait que personne n’ait entrepris de faire quelques vérifications simples avant d’accepter les invitations de Robin Sage.

Une fois la supercherie éventée, Facebook a décidé de bannir Thomas Ryan de son giga réseau, une mesure plutôt rare. Il n’a plus le droit d’y mettre le moindre orteil numérique. Sur LinkedIn, son profil a simplement été effacé.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine