NUCLÉAIRE IRANIEN

Moscou critique les lourdes sanctions adoptées par l'UE et le Canada

La Russie juge "inacceptables" les sanctions adoptées lundi hors du cadre de l'ONU par l'Union européenne et par le Canada à l'encontre de l'Iran. Selon Moscou, ces mesures vont miner les efforts destinés à résoudre la question nucléaire iranienne.

Publicité

AFP - La Russie juge "inacceptables" des sanctions contre l'Iran adoptées hors du cadre de l'ONU, a déclaré mardi le ministère russe des Affaires étrangères, réagissant à l'adoption lundi de sanctions de l'Union européenne et du Canada contre Téhéran et son secteur énergétique.

"Nous jugeons inacceptable l'utilisation de sanctions unilatérales ou collectives hors du cadre du régime de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré le ministère russe dans un communiqué.

"Cela non seulement sape nos efforts communs pour chercher un règlement politico-diplomatique autour du programme nucléaire iranien, mais aussi montre du mépris envers les clauses bien réfléchies des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", poursuit le ministère russe.

L'Europe et le Canada ont adopté lundi des sanctions d'une ampleur sans précédent contre l'Iran et son secteur énergétique pour pousser Téhéran à reprendre les négociations sur son programme nucléaire controversé.

"Les sanctions approuvées par l'UE ainsi qu'une série de mesures restrictives adoptées auparavant par les Etats-Unis vont beaucoup plus loin que les objectifs de non-prolifération", souligne la diplomatie russe.

"Se pose une question légitime: soit on travaille ensemble dans le cadre du groupe des Six ou du Conseil de sécurité de l'ONU (...), soit chacun agit en fonction de ses propres priorités", insiste le ministère.

"Nous devons constater avec regret que les dernières mesures de l'Union européenne et des Etats-Unis pour accroître la pression sur l'Iran montrent leur mépris des principes de travail commun", a ajouté la diplomatie russe.

Les mesures européennes et canadiennes transposent celles adoptées le 9 juin à l'ONU, du fait du refus de l'Iran de suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium, mais vont aussi beaucoup plus loin.

L'Europe et le Canada s'en prennent en particulier au secteur des industries gazière et pétrolière. L'UE interdit à compter de mardi tout nouvel investissement, toute assistance technique ou transferts de technologies, notamment pour le raffinage du brut et la liquéfaction de gaz.

La Russie insiste par ailleurs sur le fait que la législation de l'UE et des Etats-Unis ne doit pas être "étendue à des pays tiers ni utilisée contre des compagnies des pays qui respectent scrupuleusement les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU".

Plusieurs groupes énergétiques russes ont signé des contrats importants avec l'Iran mais la plupart des projets sont en suspens en raison des sanctions internationales.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine