ALLEMAGNE

Un témoin à charge contre Demjanjuk suspecté de complicité dans la mort de 430 000 juifs

Témoin à charge lors du procès du criminel nazi présumé John Demjanjuk, Samuel Kunz a été mis en accusation par un tribunal allemand. Il est suspecté d'avoir participé au meurtre de 430 000 juifs.

Publicité

AFP - Un témoin à charge dans le procès du criminel nazi présumé John Demjanjuk a été mis en accusation pour participation au meurtre de 430.000 juifs, a indiqué mercredi un tribunal allemand.

Samuel Kunz, numéro trois sur la liste des criminels nazis les plus recherchés établie par le Centre Simon Wiesenthal, est accusé d'avoir participé aux meurtres de prisonniers juifs lorsqu'il était gardien du camp de Belzec, en Pologne occupée par les nazis, entre janvier 1942 et juillet 1943, a indiqué à l'AFP Christoph Goeke, porte-parole du tribunal de Dortmund (ouest).

Kunz est aussi accusé du meurtre d'une dizaine de juifs dans deux incidents séparés, également au camp de Belzec, a-t-il ajouté.

Le dossier a été transféré au tribunal de Bonn, ville près de laquelle il réside.

L'appartement de Samuel Kunz, qui selon les sources est âgé de 88, 89 ou 90 ans, avait été perquisitionné en janvier. Il avait à l'époque démenti avoir été impliqué dans ces meurtres.

Samuel Kunz avait reconnu ouvertement devant des enquêteurs chargés de l'enquête sur Demjanjuk avoir travaillé dans le camp d'extermination de Belzec.

"Il était évident pour nous que les juifs y étaient exterminés et ensuite également brûlés", avait-il déclaré.

John Demjanjuk, 90 ans, est jugé depuis le 30 novembre par un tribunal de Munich (sud) pour participation à 27.900 meurtres dans le camp d'extermination nazi de Sobibor, en Pologne, où il aurait été garde, de fin mars à fin septembre 1943.

Condamné à mort en Israël en 1988, sur la base d'accusations selon lesquelles il aurait été gardien au camp de Treblinka sous le sobriquet d'"Ivan le Terrible", Demjanjuk avait ensuite été acquitté par la Cour suprême israélienne en raison de doutes sur son identité.

Apatride né en Ukraine, Demjanjuk a été expulsé en mai vers l'Allemagne des Etats-Unis où il vivait depuis les années 50.

Son procès traîne en longueur en raison notamment de son état de santé. Des audiences sont d'ores et déjà prévues jusqu'à la fin de l'année.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine