ÉTATS-UNIS

Libéré, le dissident cubain paraplégique Ariel Sigler a rejoint Miami

Un dissident cubain handicapé, Ariel Sigler, libéré dans le cadre d'un accord entre le président Raul Castro et l'Église catholique, est arrivé mercredi aux États-Unis, où il a été accueilli en héros par des exilés cubains.

Publicité

AFP - Un ex-prisonnier politique cubain paraplégique, Ariel Sigler, libéré par les autorités cubaines le 12 juin, est arrivé mercredi à Miami, où il doit recevoir des soins médicaux, a constaté un journaliste de l'AFP.

"La prison de la dictature n'a pas pu me vaincre (...) aujourd'hui je suis prêt, plus que jamais, à continuer la lutte depuis ici", a déclaré Ariel Sigler, 46 ans, devant les nombreux soutiens venus l'accueillir à l'aéroport de Miami aux cris de "A bas la dictature".

Ariel Sigler a été le premier prisonnier politique libéré à la suite du dialogue historique entre l'Eglise catholique et le régime cubain. La Havane a annoncé début juillet la libération progressive de 52 prisonniers sur les 75 (dont Sigler) condamnés en 2003.

En raison de son état de santé, Les Etats-Unis lui ont accordé un visa humanitaire et il a obtenu une permission de sortie du territoire pour se faire soigner à l'hôpital Jackson de Miami.

"Vous pouvez voir dans quel état m'a laissé la dictature au pouvoir à Cuba", a-t-il dit en relevant son pantalon de survêtement pour laisser apparaître des jambes décharnées.

Le maire de Miami, Tomas Regalado, lui-même d'origine cubaine, a souhaité la bienvenue à l'ancien prisonnier politique, assurant que sa venue représentait un "jour de joie" pour les Cubains de Miami

En fauteuil roulant depuis septembre 2008, Sigler souffre de plusieurs maladies chroniques, notamment de polyneuropathie (atteinte du système nerveux périphérique) et de problèmes digestifs et rénaux.

Plusieurs organisations d'exilés cubains qui ont fait des appels de dons pour l'aider à couvrir ses dépenses de santé lui ont remis des chèques en mains propres.

Son épouse, Noelia Pedraza, avait indiqué mardi à l'AFP qu'Ariel Sigler allait s'installer "définitivement" aux Etats-Unis, où réside son frère Miguel, lui aussi ancien détenu politique.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine