Accéder au contenu principal

La Russie peine toujours à maîtriser ses feux de forêt

Les feux de forêt, dans la région occidentale, ne montrent aucun signe de répit. Ce qui ne facilite pas le travail des milliers de pompiers et de militaires dépêchés sur place. Des nouveaux foyers ont été recensés, 48 personnes sont mortes.

Publicité

AFP - Des dizaines de milliers de pompiers, militaires et secouristes peinaient mardi à maîtriser les feux de forêt qui se sont propagés au cours des dernières 24 heures dans l'ouest de la Russie où la canicule exceptionnelle ne donne aucun signe de répit.

"Nous gérons la situation, mais parfois elle échappe à notre contrôle", a reconnu le ministre des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou, lors d'une rencontre avec le président Medvedev à Sotchi (sud).

Selon lui, 360 localités ont été sauvées, mais plus de 300 nouveaux foyers d'incendie ont été recensés en 24 heures. Par rapport à lundi, la surface touchée par le feu a augmenté de 45.000 hectares, a indiqué le ministère des Situation d'urgence sur son site.

Le président russe Dmitri Medvedev a décrété lundi l'état d'urgence dans les sept régions les plus touchées où au moins 40 personnes ont péri dans les incendies qui ont ravagé des villages entiers et laissé sans toit plus de 3.000 Russes.

Face à la propagation des feux qui faisaient rage mardi sur une surface de 172.000 hectares, la Russie a mobilisé encore plus d'hommes: 180.000 spécialistes du ministère

Explication de notre journaliste Caroline de Camaret

des Situations d'urgence, 5.000 soldats et 3.000 membres du ministère de l'Intérieur ont été dépêchés dans les régions sinistrées pour lutter contre les incendies.

Des pompiers et parachutistes spécialisés dans la lutte contre les feux de forêt sont partis de la région de l'Amour (Extrême-Orient russe), pour aider ceux qui luttent contre les incendies dans le centre de la Russie, à quelque 7.500 km de là, a indiqué la télévision NTV.

Le président Medvedev a accepté mardi la proposition de l'Ukraine et de l'Azerbaïdjan de fournir à la Russie respectivement deux avions et deux hélicoptères pour lutter contre le feu, selon les images de la télévision russe.

"La chaleur extrême crée des conditions défavorables (...) Malheureusement, on ne peut pas s'attendre à une amélioration d'ici la fin de la semaine", a déclaré à la presse Vladimir Stepanov, haut responsable du ministère russe des Situations d'urgence.

Diaporama : les feux de forêts en Russie
{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

Les températures pourraient dépasser les 40°C en fin de semaine dans la partie occidentale de la Russie.

La canicule est provoquée par un anticyclone "d'une durée anormale de plus d'un mois", a déclaré le directeur adjoint des services météorologiques russes Dmitri Kiktev cité par l'agence Ria Novosti, en ajoutant que les températures ne baisseraient pas avant la deuxième décade d'août.

Sur fond de critiques concernant la mauvaise gestion de la crise, le Premier ministre russe Vladimir Poutine a annoncé mardi qu'il allait contrôler personnellement le déroulement de la reconstruction des villages dévastés grâce à des caméras installées sur chaque chantier.

"Les caméras vont retransmettre les images à trois endroits : au siège du gouvernement, chez moi à la maison et sur le site internet du gouvernement", a-t-il dit lors d'une rencontre avec des habitants de Mokhovoïe, un village près de Moscou détruit par les flammes.

Le gouvernement a annoncé avoir déjà débloqué 6,5 milliards de roubles (170 millions d'euros) pour aider les victimes des incendies.

Selon les estimations des écologistes publiées mardi par le quotidien économique Vedomosti, les dégâts causés par les incendies pourraient s'élever à plus d'un milliard d'euros.

Autre conséquence de la canicule et de la sécheresse, la Russie, l'un des principaux exportateurs mondiaux de céréales, a revu fortement à la baisse ses prévisions de récoltes pour cette année à 70-75 millions de tonnes contre 97 millions de tonnes en 2009.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.