Accéder au contenu principal
Reporters

"Halal", les dessous d’un business

En France, avec 5 millions de consommateurs potentiels, le marché du halal est en plein essor. Si l’agro-alimentaire et la grande distribution s’y intéressent de près, aucune réglementation réelle n’encadre cette certification religieuse. Nos reporters ont enquêté sur ce marché où les appétits commerciaux ne composent pas toujours avec les impératifs religieux.

PUBLICITÉ

Halal... Qu’est-ce qui se cache derrière ce mot ? Est-ce religieux ou commercial ? Le marché du Halal prend de l’ampleur, se développe de manière spectaculaire. Mais ce label est incontrôlable pour le moment. Rien ne le protège contre les appétits de ceux qui y voient un moyen de s’enrichir rapidement et qui ne s’encombrent pas de scrupules.

Au-delà du caractère rituel du Halal, c’est la compréhension de ce nouveau mode de consommation qui a conduit France 24 à enquêter sur ce marché de quelques milliards d’euros. Les consommateurs musulmans deviennent de plus en plus exigeants. Ce n’est plus seulement une question de religion, mais aussi de produits haut de gamme et de services de qualité.

L’industrie agro-alimentaire s’y intéresse. Rien d’étonnant, c’est le business ! La concurrence est réelle. Elle pourrait organiser le marché et le conduire vers une meilleure définition du Halal. Les grands groupes s’imposent des cahiers de charge rigoureux. Un nouveau métier est apparu : contrôleur rituel. Il est la pierre angulaire du Halal. Il est surprenant d’entendre un boucher dire qu’il ignore l’origine de ses étiquettes Halal... Sans contrôle, pas de Halal. Un contrôle indépendant des industriels, évidemment.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.