Accéder au contenu principal

Un cadre présumé de l'ETA interpellé à Ostende

Une opération conjointe entre les polices espagnole et belge menée dans la matinée a conduit à l'arrestation de Luis Maria Zengotitabengoa, l'une des figures de l'organisation indépendantiste basque les plus recherchés par Madrid.

Publicité

AFP - Un membre présumé de l'organisation indépendantiste basque armée ETA, Luis Maria Zengotitabengoa, parmi les plus recherchés par la police, a été arrêté samedi en Belgique, a annoncé le ministère de l'Interieur espagnol.

"L'arrestation a eu lieu aux premières heures de la matinée dans la localité de Ostende (nord-ouest, ndlr)", lors d'une opération conjointe entre les polices espagnole et belge, a précisé le ministère dans un communiqué.

Selon la radio nationale espagnole (RNE), l'homme a été interpellé alors qu'il arrivait à un hôtel avec de faux papiers.

Zengotitabengoa, âgé de 29 ans et originaire de Durango (Vizcaye, Pays Basque), faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen pour "ses liens avec une tentative de transporter des explosifs de l'organisation (ETA, ndlr) au Portugal", a expliqué le ministère de l'Intérieur.

Il aurait participé à la location d'une fourgonnette chargée d'explosifs qui a été interceptée, le 9 janvier dernier, lors d'un contrôle de routine à Bermillo de Sayago, dans la province de Zamora (ouest).

Il est aussi soupçonné d'être lié à un appartement à Obidos, au nord de Lisbonne, où avait été retrouvé en février des explosifs et près de 1,5 tonne d'équipements pour commettre des attentats, appartenant à l'ETA.

"La Garde civile soupçonne que le suspect, qui figurait parmi les membres présumés de l'ETA les plus recherchés par les forces de sécurité, faisait actuellement partie d'un +commando de réserve+ de l'organisation", indique le communiqué.

Cette opération porte à 67 le nombre de présumés etarras et collaborateurs de l'organisation arrêtés par la police, en Espagne ou dans d'autres pays d'Europe, depuis le début de l'année.

L'ETA, considérée comme une organisation terroriste par l'Union européenne et les Etats-Unis, est tenue pour responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de violences pour l'indépendance du Pays Basque (nord).

L'organisation clandestine, qui n'a plus commis d'attentat depuis août 2009 en Espagne, et a été fortement décimée depuis la fin de sa trêve de 2006-2007, a annoncé récemment l'avènement d'une "période de changements", sans préciser ce que cette expression recouvrait.

Des spécialistes de la question basque s'attendent pour cet été à l'annonce d'une trêve officielle de l'ETA après le rapprochement opéré entre sa vitrine politique illégale, Batasuna, et le parti indépendantiste basque non violent Eusko Alkartasuna (EA) en vue des élections municipales de 2011.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.