Accéder au contenu principal

Wyclef Jean contraint de renoncer à la présidentielle

La star du hip-hop ne figure pas sur la liste officielle des candidats à la présidentielle haïtienne du 28 novembre. Le conseil électoral provisoire n'a pas donné d'explication. Wyclef Jean a de son côté fait savoir qu'il respectait cette décision.

Publicité

AFP - La star internationale du hip-hop Wyclef Jean ne pourra pas se présenter à l'élection présidentielle d'Haïti en novembre pour succéder à l'actuel président René Préval, a indiqué vendredi soir le conseil électoral provisoire (CEP) aux journalistes réunis sur place à Port-au-Prince.

L'annonce en a été faite par le porte-parole du Conseil, Richard Dumel après de longues heures d'attente toute la journée de vendredi et après que le Conseil a renoncé une première fois mardi à publier la liste des candidats qui pourront se présenter le 28 novembre pour succéder à René Préval.

it
FR NW GRAB HAITI 7H.wmv

M. Dumel n'a pas donné d'explication sur les raisons qui ont poussé le Conseil à rejeter la candidature de la star.

Dans un communiqué, Wyclef Jean a indiqué qu'il acceptait la décision du Conseil et il a appelé ses partisans au calme. Il a précisé que le Conseil avait estimé qu'il n'était pas un résident de Haïti.

Outre Wyclef Jean, de loin le plus connu des candidats et très populaire parmi la jeunesse, 33 autres personnalités étaient sur les rangs.

L'ambassadeur d'Haïti à Washington, Raymond Joseph, ne pourra pas non plus se présenter au scrutin.

En revanche, le candidat du parti Unité, le parti au pouvoir, Jude Célestin a été retenu par le Conseil, selon la liste lue par M. Dumel, tout comme l'ancien Premier ministre, Jacques-Edouard Alexis, qui avait dû renoncer à son poste suite aux émeutes de la faim de 2008.

Un autre chanteur populaire en Haïti, Michel Martelly a également été retenu.

Le scrutin pour élire le prochain président d'Haïti, ravagé par le séisme du 12 janvier, est prévu le 28 novembre mais des doutes persistent sur la capacité des autorités à maintenir cette échéance.

La police haïtienne et les Casques bleus de la mission de l'Onu étaient déployés devant les bureaux du Conseil électoral pour éviter tout débordement.

Annoncée mardi, la publication de la liste définitive des candidats a été reportée au dernier moment à vendredi par le CEP, soupçonné de vouloir écarter certaines candidatures dont celle du chanteur, très populaire en Haïti.

Jeudi soir, la star internationale du hip-hop a lancé un appel au calme à ses partisans, après que près de 300 jeunes ont manifesté sans incident dans les rues et devant le siège du Conseil électoral à Pétion-ville, banlieue de la capitale, pour lui apporter leur soutien.

"Nous sommes venus défendre une cause juste, Wyclef est un Haïtien d'origine il a le droit de participer à l'élection et nous voulons l'élire président", a déclaré un jeune manifestant sous une forte pluie.

Wyclef Jean a rencontré jeudi le président Préval à l'invitation de ce dernier dans la résidence privée du chef de l'Etat dans les hauteurs de Port-au-Prince, et les deux hommes ont évoqué "les menaces de mort" reçues ces derniers jours par le chanteur, a-t-on appris dans l'entourage de M. Jean.

Empêché par la Constitution de solliciter un nouveau mandat, René Préval n'a pas réussi à imposer à sa formation politique INITE (UNITE en créole) son ex-Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, finalement soutenu par un autre parti.

Des rumeurs accusent le pouvoir de chercher à évincer Wyclef Jean pour non respect de certains critères légaux et des questions relatives au fisc américain.

Mais pour Me Joël Petit-Homme, l'un des avocats de la star, "aucune influence politique ne devrait empêcher M. Jean de briguer la présidence d'Haïti".

Depuis son retour au pays la semaine dernière, le chanteur -- qui a mis sa carrière en veilleuse pour briguer la présidence -- ne s'était pas prononcé publiquement dans la presse.

Il fait par ailleurs face à des critiques reprises dans les médias haïtiens sur la gestion douteuse de sa Fondation "Yélé Haïti", mise sur pied pour venir en aide à ses compatriotes frappés ces dernières années par de nombreuses catastrophes naturelles.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.