Accéder au contenu principal

Le Canada annonce avoir déjoué une série d'attentats

La police a arrêté trois hommes accusés de préparer une série d'attentats au Canada. Ils seraient en relation avec des cellules situées en Iran, au Pakistan ou encore en Afghanistan, où ils auraient rencontré des chefs d'Al-Qaïda.

Publicité

AFP - Le Canada renoue avec la menace d'attentats islamistes: ses services de sécurité ont arrêté trois hommes accusés d'avoir créé un "groupe terroriste" et projeté des attentats à l'explosif, en contact avec une organisation "liée au conflit en Afghanistan".

Après les deux premières arrestations d'habitants d'Ottawa mercredi, des sources policières ont évoqué des contacts du groupe avec des chefs d'Al-Qaïda rencontrés à la frontière afghano-pakistanaise.

Mais jeudi, lors d'une conférence de presse conjointe de la police fédérale et des services de renseignements, leurs chefs ont refusé de confirmer que le réseau d'Oussama ben Laden était impliqué.

Ils ont en revanche évoqué de vastes contacts à l'étranger des comploteurs qui auraient été en relation avec des alliés en Iran, en Afghanistan, à Dubaï et au Pakistan.

Des deux hommes arrêtés mercredi et qui ont comparu brièvement jeudi matin devant un juge à Ottawa, Misbahuddin Ahmed, 26 ans, et Hiva Alizadeh, 30 ans, c'est ce dernier qui semble avoir joué un rôle plus important.

M. Alizadeh était "membre" et "restait en contact avec un groupe terroriste lié au conflit en Afghanistan", a affirmé la police.

Les policiers ont confirmé par ailleurs une troisième arrestation, celle de Khuram Sher, un habitant de la ville de London, dans l'Ontario.

Les trois hommes sont soupçonnés d'avoir préparé des attentats à l'explosif entre le début du mois de septembre 2009 et le 24 août 2010.

"Ce groupe représentait une menace réelle et grave pour les citoyens de la région de la capitale nationale", a dit le surintendant Serge Therriault de la Gendarmerie royale du Canada lors d'un point de presse. "Notre enquête criminelle et les arrestations ont empêché la fabrication de bombes et l'exécution d'un ou plusieurs attentats terroristes."

La décision de procéder à l'arrestation du groupe a aussi été prise en partie pour "empêcher le suspect de fournir un soutien financier à des partenaires terroristes pour l'acquisition d'armes qui auraient ensuite été utilisées contre les forces de la coalition", a expliqué la police à propos de Hiva Alizadeh.

Les suspects étaient en possession de "plans, vidéos, instructions, livres et composants électriques destinés explicitement à la construction d'engins explosifs", selon les responsables policiers.

Un membre du groupe, selon la même source, avait suivi un entraînement qui lui a permis d'apprendre à construire des engins explosifs. Les enquêteurs ont saisi 50 circuits électroniques devant servir à faire exploser des bombes à distance.

"Le Canada n'est pas immunisé contre le terrorisme; il n'est pas immunisé contre la radicalisation, qu'elle vienne d'ailleurs ou d'ici. Je l'ai déjà dit: la menace est bien réelle, et il ne faut pas relâcher notre attention", a commenté le ministre canadien de la Sécurité publique Vic Toews, dans un communiqué.

L'enquête sur cette affaire se poursuit, ont indiqué les policiers. Les suspects doivent comparaître à nouveau le 1er septembre.

Le Congrès musulman canadien s'est déclaré "choqué" et "attristé" par la nouvelle du complot.

"Quatre ans après les arrestations des +18 de Toronto+ nous revenons à la case départ", a déclaré dans un communiqué la vice-présidente de l'organisation, Salma Siddiqui, dans une allusion au groupe islamiste ayant planifié de nombreux attentats visant notamment la bourse de Toronto et une base militaire, pour imposer le retrait des forces canadiennes d'Afghanistan.

Elle a remercié, au nom du Congrès, la police fédérale d'être "vigilante et de protéger le Canada contre les terroristes du jihad", tout en souhaitant que les accusés soient jugés lors d'un procès impartial et que "la présomption d'innocence et leurs droits constitutionnels soient protégés".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.