Accéder au contenu principal

Bonne première journée pour les Français

Les joueurs et les joueuses en lice lundi, dont Paul-Henri Mathieu (photo) tombeur de l'ex-numéro 1, Lleyton Hewitt, ont brillé par leurs bonnes performances sur les courts de Flushing Meadow.

Publicité

REUTERS - A l'issue de la première journée de l'US Open, le tennis français présente un bilan largement positif qui dépasse même les espérances. Sept joueurs ont en effet décroché leur billet pour le deuxième tour, pour seulement deux recalés.

Les succès de Gaël Monfils (n°17) et de Richard Gasquet ont été obtenus dans un style très différent. Autant le Parisien a cravaché (3-6 6-3 6-4 6-7 6-4) face au qualifié américain Robert Kendrick, autant l'Héraultais a déroulé face à l'Allemand Simon Greul, 84e mondial, en trois sets (6-3 6-4 6-2 en 1h50).

Paul-Henri Mathieu, 109e mondial, a signé un succès probant en cinq sets face à Lleyton Hewitt, tête de série numéro 32. Après avoir copieusement dominé l'Australien, le Français a relâché son emprise et l'ancien numéro un mondial a recollé à deux manches partout.

Compte tenu de ses antécédents dans les bagarres au long cours (5 succès sur 14), l'Alsacien ne partait pas avec les faveurs des pronostics mais, à la surprise générale, il finissait en trombe (6-3 6-4 5-7 4-6 6-1 en 3h39). C'est seulement le sixième succès de sa carrière en cinq sets.

"Je savais que ça allait être un match compliqué", a déclaré Paul-Henri Mathieu. "J'ai eu le mérite de me relâcher au tout début du cinquième set. Je ne voulais pas perdre avec un sentiment de crispation.

Depuis Wimbledon, je n'ai gagné qu'un match. C'est compliqué." Au deuxième tour, Paul-Henri Mathieu découvrira son jeune compatriote Guillaume Rufin, 206e mondial. Le Mâconnais, 20 ans, bénéficiaire d'une wild-card, a fini par éreinter l'Argentin Leonardo Mayer, 79e mondial, en quatre sets (2-6 7-6 7-6 6-1).

"Avant tout, je remercie tous les gens qui m'ont fait confiance pour m'avoir offert cette invitation", a souligné Guillaume Rufin. "Je l'avais déclinée à Roland-Garros parce que je n'étais pas prêt, j'avais récolté une blessure à la hanche à Marseille et cela m'avait éloigné des courts pendant trois mois. Pour Flushing Meadows, je me sentais prêt. Mon adversaire a fini au bout du rouleau et c'était agréable de le voir sombrer."

Sans faute pour les filles

Opposé à Andy Roddick (n°9), Stéphane Robert, 78e mondial, a eu le bonheur de passer 1h49 sur le Stadium Arthur Ashe mais la leçon a été rude (6-3 6-2 6-2). "Paradoxalement, en terme de concentration, je pense avoir disputé le meilleur match de ma carrière", a déclaré Stéphane Robert. "Maintenant, les derniers mois ont été rudes et j'ai besoin d'un break. J'ai peut-être disputé mon dernier match de l'année sur le grand circuit."

Quant à Marc Gicquel, 170e mondial et issu des qualifications, il a logiquement cédé en trois sets (6-4 7-5 6-2) face au talentueux néerlandais Thiemo De Bakker. "Ça faisait longtemps que je n'avais pas passé trois tours et j'espère que cet US Open va m'aider à bien finir la saison, a déclaré le Breton. Si je ne remonte pas au classement, je me poserai la question de savoir si ça vaut le coup de continuer. J'ai 33 ans, il y a la famille et les voyages de plus en plus usants."

Dans le tableau féminin, Marion Bartoli (n°13) a idéalement débuté son tournoi en passant peu de temps sur le court (6-3 6-2) face à la Roumaine Edina Gallovits. "J'ai su serrer le jeu quand il fallait", a déclaré la numéro un française. "J'ai accumulé un peu de fatigue après mes récents tournois et notamment le quart de finale de New Haven perdu au bout de trois heures face à Elena Dementieva mais la confiance est inestimable."

Au deuxième tour, Marion Bartoli croisera la route de sa compatriote Virginie Razzano. Tombée au 157e rang mondial, la Nîmoise doit sa participation à la wild-card réservée à la FFT. Elle en a fait bon usage en dominant la Tchèque Klara Zakopalova 6-3 6-2. "Je remercie la Fédération qui a été d'une grosse aide. L'erreur de la kiné de la WTA au printemps (NDLR: une mauvaise manipulation a endommagé son pied droit) m'a coûté trois mois", a-t-elle commenté "Mais il faut rebondir. Mon corps ne comprenait pas pourquoi on reprenait les efforts mais ça va mieux."

Pauline Parmentier, 105e mondiale, a profité d'un tirage au sort favorable pour franchir le premier tour. La Nordiste a éliminé Alberta Brianti non sans frayeur puisque l'Italienne a servi pour le match avant de craquer (4-6 6-3 7-5). "Ça fait du bien de gagner un match aussi serré", s'est-elle réjoui. J'avais des supporters de qualité dans les tribunes avec notamment Amélie Mauresmo, avec qui c'est agréable de pouvoir parler avant et après les matches."

Au deuxième tour, Pauline Parmentier visera l'exploit face à l'Israélienne Shahar Peer, tête de série numéro seize.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.