Accéder au contenu principal

L'Iran manifeste contre Israël à l'occasion de la "journée de Qods"

Des milliers d'Iraniens ont participé aux manifestations officielles de ce dernier vendredi du ramadan. Seule figure de l'opposition à souhaiter contre-manifester, l'ex-président du Parlement, Mehdi Karoubi, a été bloqué à son domicile.

Publicité

AFP - Des dizaines de milliers de personnes ont commencé à se rassembler vendredi matin à Téhéran et dans plusieurs villes d'Iran pour la "journée de Qods" (Jérusalem) organisée par le régime en soutien aux Palestiniens, selon les images montrées par le télévision d'Etat.

La télévision a montré des foules importantes, dans plusieurs grandes villes du pays, criant "mort à Israël" et "mort à l'Amérique", portant des banderoles proclamant "Qods (Jérusalem) nous appartient", ou agitant des drapeaux palestiniens.

Certains slogans ont dénoncé également les discussions entreprises entre Israël et le président palestinien Mahmoud Abbas sous l'égide des Etats-Unis, affirmant que "faire des compromis avec Israël signifie la mort de la Palestine".

L'Iran, qui ne reconnaît pas Israël et dont il prédit régulièrement la disparition, soutient le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza et s'oppose à tout compromis avec l'Etat hébreu.

"Un jour prochain, si Dieu veut, nous irons prier à Qods", a déclaré le commentateur de la télévision, en affirmant que "des millions d'Iraniens participent aux manifestations" à travers le pays.

De nombreux manifestants brandissaient également des portraits du Guide de la République islamique Ali Khamenei, qui a fermement soutenu depuis un an le président Mahmoud Ahmadinejad face aux contestations de l'opposition réformatrice.

L'opposition a renoncé à appeler ses partisans à faire entendre leur voix lors de ces manifestations officielles, pour ne pas déclencher une nouvelle vague de répression par des forces de l'ordre omniprésentes.

La "journée de Qods" est organisée tous les ans, le dernier vendredi du mois de ramadan. L'an dernier, l'opposition avait profité de ces rassemblements pour organiser à Téhéran une manifestation parallèle contre la réélection controversée du président Ahmadinejad en juin 2009.

Seule figure de l'opposition à avoir publiquement annoncé son intention de manifester, l'ancien président du Parlement Mehdi Karoubi a été bloqué vendredi matin dans son domicile du nord de Téhéran par des bassidjis, les miliciens islamiques favorables au pouvoir, a indiqué son site internet Sahamnews.

Depuis dimanche, des bassidjis se sont rassemblés tous les soir devant la maison de M. Karoubi, qui a dénoncé une tentative d'intimidation pour l'empêcher de manifester.

Jeudi soir, des miliciens islamistes armés ont attaqué sa maison et ont pénétré dans l'immeuble après avoir cassé la porte, provoquant des échanges de tirs avec les gardes du corps de M. Karoubi. Ces affrontements ont fait des blessés de part et d'autre, selon les informations données par Sahmanews et par le site conservateur Jahannews.

Les assaillants se sont retirés provisoirement après l'arrivée de forces spéciales autour de la maison.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.