Accéder au contenu principal

Le ministre des Affaires étrangères démissionne sur fond de scandales

Accusé de népotisme, le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Yu Myung-hwan, a quitté ses fonctions. L'emploi de sa fille à plein temps au ministère, entre 2006 et 2009, a provoqué un tollé dans le pays.

PUBLICITÉ

REUTERS - Accusé de népotisme, le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Yu Myung-hwan a démissionné, a-t-on appris samedi auprès de ses services.

"La démission du ministre des Affaires étrangères a été acceptée par le président", a précisé un membre de l'entourage du chef de l'Etat ayant requis l'anonymat.

"Le ministre des Affaires étrangères a démissionné pour assumer la responsabilité de toute l'agitation causée par l'emploi à plein temps de sa fille au ministère", a-t-il ajouté.

Yu Myung-sun y a travaillé de 2006 à 2009, selon une source proche des services de son père. Elle devait signer un nouveau contrat le 31 août, mais le scandale l'en a dissuadée.

Yu Myung-hwan, qui comptait parmi les membres les plus anciens du gouvernement, était à la tête du ministère des Affaires étrangères depuis le 29 février 2008.

On ignore qui lui succédera, mais sa démission ne devrait pas affecter une diplomatie centrée sur le resserrement des liens avec Washington et l'isolement de la Corée du Nord, après le naufrage en mars de la corvette Cheonan dans lequel 46 marin sud-coréens ont trouvé la mort.

Pyongyang, qui nie avoir torpillé le bateau, a exprimé récemment le souhait de renouer les négociations à six sur le démantèlement de son programme nucléaire militaire.

Intervenant vendredi à Washington, le diplomate sud-coréen chargé du dossier a jugé "prématuré" de reprendre ces discussions, qui, outre les deux Corées, réunissent la Chine, la Russie, le Japon et les Etats-Unis.

Une semaine avant la démission de Yu Myung-hwan, Kim Tae-ho, gouverneur provincial que le président Lee Myung-bak avait nommé au poste de Premier ministre, y a renoncé, l'opposition ayant vivement mis en doute ses compétences et sa probité. Soupçonnées
de corruption, deux autres personnalités pressenties pour des fonctions ministérielles ont fait de même.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.