Accéder au contenu principal

Patrice de Maistre bientôt entendu comme témoin dans l'affaire Madoff

Selon le Parisien, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, doit être auditionné fin septembre sur son rôle dans la colossale escroquerie du financier américain Bernard Madoff.

Publicité

REUTERS - Le gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, sera entendu comme témoin dans l'enquête ouverte en France sur l'escroquerie record imputée au financier américain Bernard Madoff, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Comme le révèle le journal Le Parisien, le juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke l'a convoqué fin septembre.

Bernard Madoff et Patrice de Maistre se connaissaient et L'Oréal est à l'origine des placements d'épargne française dans la société de Bernard Madoff.

Saisi en mai 2009 par des plaintes en France, le magistrat cherche à faire la lumière sur les ramifications de cette escroquerie historique pour la finance, qui a duré 20 ans et dont le préjudice mondial est évalué à 65 milliards de dollars, dont 500 millions d'euros en France au moins.

Elle reste mystérieuse puisqu'aucun procès ne s'est tenu aux Etats-Unis, où Bernard

it
FR NW PKG PORTRAIT PATRICE .wmv

Madoff a plaidé coupable et accepté en juin 2009 une peine de 150 ans de prison, qu'il purge actuellement, ce qui a coupé court à l'enquête du FBI sur d'éventuelles complicités ou complaisances.

L'enquête française a montré que la structure créée dans les années 1990 pour organiser les placements chez Madoff, Oreades, adossée au départ à la BNP , était contrôlée notamment par Thetys, holding du groupe L'Oréal.
 
Bettencourt a perdu 30 millions d’euros

Oreades a été dirigé dans les années 2000 par Patrice de Maistre, a expliqué à Reuters une source judiciaire.

Les premiers épargnants semblent avoir été des relations de la famille Bettencourt recrutés par cooptation, précise-t-on.

Oreades a cependant été remplacé en 2004 par une autre structure au Luxembourg, Luxalpha, adossée à la banque suisse UBS. Renaud Van Ruymbeke souhaite donc savoir si L'Oréal, Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre se sont biens désengagés des investissements Madoff, et pourquoi.

La milliardaire aurait perdu à titre personnel environ 30 millions d'euros dans l'escroquerie, mais n'a pas porté plainte, à la différence de dizaines d'autres personnes qui ont amené l'ouverture de l'enquête conduite par Renaud Van Ruymbeke.

Le juge d'instruction a envoyé une commission rogatoire, c'est-à-dire une demande d'aide judiciaire, au Luxembourg et une autre aux Etats-Unis, où il souhaite des investigations à la Chase Manhattan Bank, qui a reçu les fonds.
 

Aucune personne n'est mise en examen à ce jour dans ce dossier, ouvert pour "abus de confiance".

Les plaignants estiment avoir été grugés par les sociétés auxquelles ils ont confié leur argent, qui selon eux ne leur ont jamais parlé d'investissements chez Madoff.

En décembre 2008, un financier français, Thierry de La Villehuchet, a été retrouvé mort à New York à la suite de la révélation de la fraude Madoff. L'enquête de police a conclu au suicide. Il gérait des fonds investis dans le cadre de Luxalpha.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.