Accéder au contenu principal

La cure d’austérité britannique à la loupe

Le plan de réduction des coûts décidé par le gouvernement britannique est une décision sans précédent. Détails des principales mesures adoptées.

Publicité

Les finances publiques britanniques n’ont pas été soumises à un tel régime depuis des décennies.

Le ministre des Finances, Georges Osborne, a détaillé, jeudi, l’ampleur des coupes budgétaires prévues. Elles n’épargneront personne, des ménages les plus pauvres à la reine Élizabeth II en personne.

Les dépenses publiques vont être divisées par 5, légèrement moins que les 25 % redoutés.
Pour Georges Osbourne, il s’agit ni plus ni moins de "sortir du gouffre" grâce à ce plan d’économies de 83 milliards de livres (95 milliards d’euros).

  •  Le déficit britannique s’élève à 154,7 milliards de livres (174,18 milliards d’euros).
  • Le secteur public – qui emploie 6 millions de personnes - va être durement touché avec 490 000 emplois supprimés. Une partie importante de ces suppressions de postes proviendra du non-remplacement des départs à la retraite et probablement des licenciements.
  • Les fonctionnaires qui survivront à cette purge vont devoir augmenter leur contribution aux fonds de retraite à hauteur de 3,5 milliards de livres (4 milliards d’euros)
  • Le plan prévoit également de réduire de 7 milliards de livres (7,88 milliards d’euros) les dépenses sociales. La Sécurité sociale coûte actuellement à l’État 109 milliards de livres (122 miliards d’euros). Des économies qui seront en partie réalisées en modifiant le système d’indemnisation des arrêts maladies.
  • L’allocation parentale sera allouée en fonction du salaire. Aujourd’hui, elle est attribuée à toutes les familles, quels que soient les revenus du ménage.
  • La retraite à taux plein ne sera accordée qu'à l'âge de 66 ans. Pour l’heure, les femmes peuvent en bénéficier à partir de 60 ans.
  • Le budget reversé par l’État aux collectivités territoriales diminuera de 7%.
  • La reine Élizabeth II n’est pas épargnée. Les dons à la famille royale seront gelés à hauteur de 30 millions de livres (33,7 millions d’euros) jusqu’en 2013. Cette décision s’accompagne d’une réduction de 14 % de l’argent versé par l’État à la famille royale.
  • Sous le coup de ce plan d’austérité, le budget de la BBC, la chaîne publique, va baisser de 14 %. Les subventions publiques directes aux services de la BBC World vont disparaître. La chaîne est financée par une redevance de 145 livres (163 euros) dont le montant ne pourra être modifié durant les six prochaines années.
  • Les subventions aux écoles et aux services publics de santé ne sont pas affectées par ces mesures d’austérité.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.