Accéder au contenu principal

Une épidémie de choléra fait plus d'une centaine de morts et 1 500 malades

Le président Préval confirme que les décès recensés sont bien dus au choléra. La maladie, causée par la mauvaise qualité de l'eau potable, a déjà touché plus de 1 500 personnes, principalement des victimes du séisme réfugiées au centre de l'île.

Publicité

REUTERS - Haïti est frappé par une épidémie de choléra qui a déjà fait 138 morts et le gouvernement tente de prendre des mesures pour enrayer la propagation de la maladie dans ce pays ravagé par un séisme en janvier, a déclaré vendredi le président René Préval.

Il s’agit de la première épidémie de choléra en Haïti en un siècle, a précisé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

“Je suis en mesure de confirmer qu’il s’agit bien du choléra”, a dit René Préval à Reuters.

“Nous tentons maintenant de nous assurer que la population est pleinement informée des mesures de précaution à prendre pour éviter d’être contaminée”, a ajouté le chef de l’Etat, à la sortie d’une réunion avec les autorités sanitaires du pays à Port-au-Prince, la capitale.

L’épidémie s’est déclarée dans le centre du pays, dans les départements de l’Artibonite et du Plateau central, où se sont réfugiés de nombreux rescapés du séisme du 12 janvier.

Les équipes médicales internationales présentes à Haïti depuis le tremblement de terre se sont déployées dans la zone épidémique autour de la ville de Saint-Marc.

La plus grave alerte sanitaire depuis le tremblement de terre

Leur principal souci est d’éviter une propagation de la maladie jusque dans les vastes camps de fortune surpeuplés de la capitale, où le séisme il y a neuf mois a fait 1,5 million de sans-abri, outre les 300.000 morts.

Il s’agit de la plus grave alerte sanitaire à Haïti depuis le tremblement de terre. Les autorités attendent les résultats d’examens pratiqués en laboratoires pour déterminer la cause de l’épidémie. Le choléra se transmet par l’eau et la nourriture.

Plus de 1.500 cas avaient été recensés jeudi soir par les autorités haïtiennes.

Les victimes souffrent de diarrhées et de déshydratation très rapide, symptômes du choléra. Dans certains cas, le décès a suivi de quelques heures l’apparition des premiers symptômes.

Les services hospitaliers sont débordés dans les départements d’Artibonite et du Plateau central, a précisé le docteur Gabriel Thimoté, directeur général du ministère de la Santé.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.