SANTÉ

L'alcool est plus nocif que l'héroïne et le crack, selon une étude britannique

Selon une étude britannique publiée par la revue "The Lancet", l'alcool serait plus nocif que certaines drogues illégales comme l'héroïne ou le crack. L'étude prend en compte leurs effets tant sur les individus que sur l'ensemble de la société.

Publicité

AFP - L'alcool est plus nocif que certaines drogues illégales comme l'héroïne ou le crack si l'on tient compte de ses effets autant sur les individus que sur l'ensemble de la société, a indiqué une étude publiée lundi par la revue médicale britannique The Lancet.

L'étude, qui émane de la Commission scientifique indépendante sur les drogues (ISCD), estime que "les actuels systèmes de classification des drogues gardent peu de relation avec leur réelle nocivité".

Ses auteurs expriment leur "accord avec les conclusions d'études d'expert précédentes selon lesquelles prendre fermement l'alcool pour cible... constitue une politique de santé valable et nécessaire".

Les experts de la commission ont élaboré leur propre système pour évaluer les substances et étudié la nocivité des drogues sur le corps humain mais également d'autres facteurs comme le coût de leur usage pour le système de santé ou le système carcéral.

L'héroïne, le crack (dérivé de la cocaïne) et la méthamphétamine sont les plus mortels, mais si l'on tient compte des effets pour la société, l'alcool est le plus dangereux, suivi de l'héroïne et du crack, selon l'étude.

Dans une échelle de dangérosité de 0 à 100, l'alcool est évalué à 72, l'héroïne à 55 et le crack à 54.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine