PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

Gbagbo et Ouattara au coude-à-coude, selon des résultats partiels

La Commission électorale indépendante a commencé à diffuser les résultats partiels de l'élection présidentielle. Le président sortant Laurent Gbagbo et l'ancien Premier ministre Alassane Outtara seraient au coude-à-coude.

Publicité

Ecoutez l'intervention du porte-parole de la Commission électorale, Bamba Yacoumba, sur RFI.

REUTERS - Le président sortant Laurent Gbagbo et l'ancien Premier ministre Alassane

À la fermeture des bureaux de vote, le dépouillement des bulletins de vote s’effectue dans un premier temps manuellement. Les quelque 20 000 procès-verbaux de vote sont ensuite acheminés jusqu’aux 415 commissions électorales locales, à partir desquelles les résultats sont transmis aux autorités d’Abidjan, selon deux modes : l’un électronique et l’autre manuel.

Après avoir fait l’objet de vives contestations de l’opposition, qui estimait ce système favorable au président Laurent Gbagbo, la transmission numérique a finalement été confiée à un comité d’experts - ivoiriens et étrangers. L’acheminement physique des PV est, quant à lui, assuré par les soldats de l’Onuci.

Un recoupement entre le décompte numérique et le comptage manuel permettra ensuite à la Commission électorale indépendante de proclamer les résultats provisoires au plus tard mercredi.

Outtara sont au coude-à-coude dans l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire alors que la moitié des bulletins du premier tour ont été dépouillés mardi soir.

Alors qu'un peu plus de 2,2 millions de suffrages ont été comptabilisés sur une participation estimée à 4,2 millions, Gbagbo et Ouattara seraient crédités de 35% des suffrages, selon un décompte effectué par Reuters basé sur les chiffres annoncés.

Si cette tendance se confirme, aucun candidat en lice n'obtiendra la majorité absolue et un second tour sera nécessaire pour départager les deux candidats arrivés en tête.

Henri Konan Bédié, troisième candidat important, serait troisième avec 27% des voix dans ce scrutin qui doit permettre de faire sortir le pays d'une impasse politique et militaire vieille de huit ans.

Le chef d'état-major de l'armée ivoirienne, le général Philippe Mangou, a lancé mardi un appel au calme et exhorté la population à ne pas céder à la panique dans l'attente des
résultats.

De leur côté, les observateurs de l'Union européenne ont prévenu que le retard mis à annoncer les résultats du scrutin de dimanche risquait de faire naître des suspicions.

"Il semble qu'une sorte de psychose s'est emparée de la population. Le Plateau (NDLR: le quartier des affaires du centre d'Abidjan) est désert. Les véhicules ont arrêté de circuler", a dit-il déclaré à la télévision publique.

"Nous devons tous garder notre calme et notre sérénité pour attendre les résultats", a-t-il ajouté dans une déclaration diffusée en boucle à la télévision.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine