Accéder au contenu principal

Lemonchois en difficulté, Gavignet active sa balise de détresse

Lionel Lemonchois ne verra pas la Guadeloupe. Le vainqueur de la dernière édition se retrouve contraint à l'abandon : sa grand-voile n'est plus opérationnelle. Sidney Gavignet, en Ultime, a activé sa balise de détresse après avoir subi une avarie.

Publicité

Vainqueur de la dernière édition et détenteur du record de l’épreuve en multicoque, Lionel Lemonchois est en mauvaise posture. La pièce qui lui permet de hisser sa grand-voile, le chariot, a cédé et se retrouve à la tête du mât, à une hauteur de 23,77 mètres. Après avoir tenté une réparation de haute-voltige, Lemonchois a décidé qu’il était trop dangereux d'opérer et se voit dans l'obligation de se dérouter vers l’Espagne. Une vraie désillusion alors qu’il était leader des Multi-50 dès le départ. C’est désormais Franck-Yves Escoffier sur Crêpe Whaou ! qui mène la catégorie avec 72 milles d’avance sur Yves Le Blevec sur Actual.

D’autres abandons sont en perspective dont celui de Sidney Gavignet sur Oman Air Majan en Ultime. "Le flotteur droit du multicoque, long de 32 mètres, est abîmé et le mât est tombé. Le flotteur gauche est OK," a précisé Anne Massot, responsable de la communication de son sponsor sans donner d'explications à cette avarie.

Après l'incident et une fois la balise de détresse activée, Sidney Gavignet s'est réfugié dans la coque centrale du bateau pour attendre les secours. Il se trouvait à environ 250 milles (450 km) dans le nord-ouest de l'archipel portugais des Açores lorsque l'accident est arrivé.

Christine Monlouis, première Antillaise à prendre le départ de la Route du Rhum, a également eu droit à une déconvenue. La nuit dernière, la navigatrice a contacté Jean Maurel, directeur de course, pour lui annoncer la collision de son monocoque avec un bateau de pêche. Le choc a occasionné le démâtage de son voilier "Un Monde Bleu tout en Vert", dans la catégorie Rhum. Christine n'est pas blessée et attend le lever du jour pour étudier la possibilité de monter un gréement de fortune. Le bateau de pêche est resté sur zone pour l'aider en cas de besoin.

Quant à Rune Aasberg, lui, devra se débrouiller seul. Le Norvègien a annoncé aux organisateurs, qu’il avait rencontré des problèmes de pilote automatique et d'électronique à bord de son Class 40. Très déçu, le skipper de Solo devrait rejoindre la France ou la Grande-Bretagne.

Voir le classement complet
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.