Intelligence économique

Métaux rares : un monopole chinois inquiétant

Les métaux rares sont au cœur d’une guerre économique que l’Empire du milieu vient de lancer au reste du monde. Le journal de l’Intelligence économique d’Ali Laïdi vous propose un reportage en Chine, dans une usine de transformation.

Publicité

« Il faut espérer que le prix des terres rares monte, c’est très important pour notre développement », dit Zhang Rihui, directeur général adjoint de Baogang Rare Earth, le premier producteur chinois de terres rares. En Chine, dans la région autonome de la Mongolie intérieure, cette compagnie a installé une mine et une usine de transformation, où se sont glissées nos caméras. Cette compagnie est à la tête d’un empire dans le secteur : son activité représente, 80 % de la production intérieure, et 50%, au niveau mondial.

Le 17 juin 2010, l’Europe a sonné l’alerte. La Commission Européenne a publié un rapport établissant la liste de quatorze métaux, dont la situation est considérée comme « critique » au sein de l’Union. Pour cause : les besoins en métaux sont supérieurs à ce que l’Europe est capable d’extraire. Or, les métaux rares sont extrêmement utiles pour la fabrication de produits de haute technologie : missiles, voiture à moteur hybride, téléphones mobiles, ampoule LED, écrans plats... La demande en métaux rares va fortement augmenter ces prochaines années. Et les ressources de ces matières premières sont contrôlées par un producteur dominant : la Chine.

En effet, la Chine détient 95% de la production mondiale de métaux rares. Profitant de cette situation, le pays a annoncé réduire ses exportations, ce qui inquiète les industriels et les gouvernements du monde entier. Les Américains et Japonais parlent même d’ « embargo ». L’Allemagne s’est aussi alarmée, au vue d’un rapport du Comité pour les relations économiques pour l’Europe de l’Est, qui critique les méthodes des entreprises chinoises. La chancelière allemande, Angela Merkel a affirmé que son gouvernement devait travailler plus étroitement avec les entreprises allemandes et s’est félicité de l’inauguration d’une « agence pour les matières premières », censée informer les entreprises allemandes et les accompagner dans leurs projets industriels dans les pays exportateurs.

De son côté, la France aussi réagit : elle a annoncé au printemps 2010 la mise en place d’un Comité pour les Métaux Stratégiques (COMES), sur proposition de Jean-Louis Borloo, ministre de l’environnement. Ce comité veillera au « renforcement de la sécurité d’approvisionnement nécessaire à la compétitivité durable de l’économique ». François Bersani, ingénieur général des mines, a été nommé à la tête de ce comité : « Nous nous plaignons collectivement en Europe de certaines pratiques des autorités chinoises qui ne nous paraissent pas compatibles avec les règles du commerce international, telles que nous les avions comprises. »

En réponse, le 19 octobre dernier, un fonctionnaire du Ministère du Commerce chinois a annoncé dans le China Daily, le quotidien national, que la Chine allait réduire ses exportations de 30% en 2011, pour protéger ces métaux précieux de la surexploitation. He Jun, consultant senior chez Anbound, un cabinet indépendant à Pékin, analyse la situation actuelle : « Autrefois, les terres rares fournies à la Chine au marché mondial l’étaient à des prix très bas et on ne faisait que les extraire, sans se charger de la transformation industrielle. La Chine a donc voulu changer la donne, pour le bien de sa propre industrie. » Il va même plus loin, en expliquant que, la Chine a compris le potentiel « stratégique » de ses métaux rares, et qu’elle a tout intérêt à l’exploiter : « Le Moyen-Orient a le pétrole, la Chine a les terres rares. Le pétrole est pour le Moyen-Orient son secteur majeur. Et parfois, il l’utilise comme une arme politique et diplomatique. Pour les terres rares, en tant qu’atout stratégique, c’est le même usage ». Les hostilités économiques sont donc ouvertes !
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine