CÔTE D'IVOIRE

Gbagbo accuse Dakar de "conspiration" après une rencontre Wade-Ouattara

L'ambasssadeur ivoirien au Sénégal a été rappelé. Abidjan dénonce une "ingérence intolérable" après que le président Wade a reçu l'opposant de Gbagbo au second tour. Une accusation que Dakar juge "très grave".

Publicité

AFP - La présidence ivoirienne a accusé vendredi le Sénégal de "conspiration" et rappelé son ambassadeur à Dakar, après une rencontre entre le chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade et l'opposant Alassane Ouattara, rival du sortant Laurent Gbagbo à la présidentielle ivoirienne.

Cet incident diplomatique est un nouvel épisode des relations tourmentées entre les présidents Gbagbo et Wade.

"On a le droit de soutenir (un candidat), mais on n'a pas le droit de conspirer en vue d'une déstabilisation", a déclaré à l'AFP le conseiller diplomatique de M. Gbagbo, Alcide Djédjé.

"La Côte d'Ivoire a rappelé son ambassadeur au Sénégal. L'ambassadeur du Sénégal en Côte d'Ivoire a été convoqué aujourd'hui (vendredi) au ministère des Affaires étrangères et a reçu une lettre de protestation des autorités ivoiriennes", a-t-il indiqué.

Carte des résultats du premier tour de la présidentielle ivoirienne (RFI)

L'audience accordée jeudi à Dakar par le chef de l'Etat sénégalais à l'adversaire de M. Gbagbo au second tour, quelques heures après la proclamation des résultats du premier tour du 31 octobre, est "une ingérence intolérable du Sénégal dans les affaires intérieures de la Côte d'Ivoire", a-t-il affirmé.

M. Wade "a envoyé un avion pour chercher" l'ex-Premier ministre Ouattara et l'autre dirigeant de l'opposition ivoirienne, l'ancien chef d'Etat Henri Konan Bédié, a poursuivi M. Djédjé. "Bédié a refusé de partir, Ouattara est parti avec une forte délégation".

"Si Wade soutient Ouattara, il peut le faire plus discrètement", réagit Dakar

"C'est incroyable", "du jamais vu en plein second tour", a ajouté ce proche du président Gbagbo. "Si (le président sénégalais) soutient Ouattara, il peut le faire plus discrètement, comme ça se fait partout", a-t-il dit.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du gouvernement sénégalais, Moustapha Guirassy, a dit que le Sénégal "prend acte" de l'"accusation très grave" portée par Abidjan.

Le Sénégal n'avait "pas été choqué de voir des adversaires du président de la République reçus par le président ivoirien" pendant la campagne présidentielle en Côte d'Ivoire, a-t-il souligné, citant deux opposants sénégalais, Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse.

"Nous considérons la Côte d'Ivoire comme un Etat indépendant et souverain qui a la possibilité et le droit de rappeler son ambassadeur quand il le désire", a-t-il encore relevé. "Nous en prenons acte".

Le porte-parole n'a pas officiellement confirmé la rencontre entre MM. Wade et Ouattara

mais a fait valoir que le président sénégalais avait "toujours reçu des hommes politiques de la sous-région". "Il a toujours agi pour la paix", a-t-il affirmé.

L'entourage de M. Ouattara avait indiqué vendredi matin que le candidat avait "eu une audience jeudi à Dakar avec le président Wade", avant de rentrer à Abidjan vendredi. Le contenu de l'entretien n'a pas été précisé.

Alassane Ouattara, qui au premier tour a recueilli 32,1% des voix, derrière M. Gbagbo (38,3%), était accompagné à Dakar de Me Jeannot Ahoussou, haut dirigeant du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex-parti unique), selon le PDCI. M. Bédié, candidat de ce parti, est arrivé troisième (25,2%).

Le président Wade s'était impliqué dans les efforts de règlement de la crise politico-militaire ivoirienne de 2002, mais ses relations avec le régime Gbagbo ont connu des coups de froid, avant un réchauffement récent.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine