MONDIAUX D'ESCRIME

Épées, fleurets et sabres sous la prestigieuse verrière du Grand Palais

Après les phases éliminatoires de la Halle Carpentier à Paris, les meilleurs tireurs du monde se retrouvent au Grand Palais pour les championnats du monde d'escrime, entre le 6 et le 13 novembre.

Publicité

Le Grand Palais avait déjà accueilli du basket et de l’équitation. Il accueille aujourd’hui les championnats du monde d’escrime. Après les phases éliminatoires, les 4 et 5 novembre dans le cadre moins rutilant de la Halle Carpentier dans le 13e arrondissement de Paris, les meilleurs tireurs de la planète ont afflué samedi sous la prestigieuse verrière du Grand Palais.

Une foule dense et polyglotte s’est concentrée dans les gradins samedi, dès les premières heures de la matinée. Visages peints aux couleurs des équipes, cris d’encouragements… En tout, 111 nations sont représentées, tant chez les escrimeurs valides que chez les escrimeurs handisport.

"C’est un projet qui a été difficile à monter de par ce lieu, ce n’est pas une salle de sport disons classique", a estimé Olivier Lenglet, ancien tireur de l’équipe de France et directeur général du comité d’organisation.

Eric Srecki, directeur technique national et ancien épéiste, espère que la France décrochera entre quatre et six médailles au cours de ces championnats. Quant à la sélection d'athlètes pour les Jeux Olympiques de 2012, s'il annonce qu'elle ne sera d'actualité qu'en 2011, il concède  "que ceux qui auront la bonne idée de gagner au Grand Palais s'en rappelleront toute leur vie".

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine