FRANCE - RETRAITE

Devant la baisse de la mobilisation, le front syndical cherche un nouveau souffle

Au huitième jour de mobilisation contre la réforme des retraites, votée fin octobre par le Parlement, le nombre des manifestants serait en forte baisse. La CGT est détérminée à aller jusqu'au bout malgré les réticences de l'intersyndicale.

Publicité

Reuters - Les Français devraient être moins nombreux à défiler dans tout le pays pour la huitième journée de mobilisation syndicale contre la réforme des retraites, ont reconnu samedi François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, et Bernard Thibault, son homologue de la CGT.

"Il est normal qu'il y ait une mobilisation légèrement inférieure, compte tenu du fait que la loi a été votée", a déclaré François Chérèque à la presse peu avant le départ de la
manifestation parisienne, place de la République.

De son côté, Bernard Thibault a estimé que les manifestations devraient réunir au moins un million de personnes.

Lors de la précédente journée de mobilisation, le 28 octobre, les cortèges avaient rassemblé 560.000 personnes selon le ministère de l'Intérieur et deux millions selon la CGT, ce qui avait déjà marqué une nette baisse par rapport aux journées précédentes.

Votée définitivement par le Parlement, la réforme est désormais entre les mains du Conseil constitutionnel. Elle devrait être promulguée d'ici fin novembre, sauf grave problème constitutionnel.

Les syndicats, forts du soutien de l'opinion sur ce dossier, souhaitent désormais élargir leurs revendications aux problèmes d'emploi et de salaires et négocier directement avec le patronat.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine