NIGERIA

Les rebelles du Mend affirment détenir cinq otages français

Le rapt de ressortissants étrangers, lundi, sur une plateforme pétrolière nigériane porte à cinq le nombre de Français que le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend) affirme détenir dans cette région instable du Nigeria.

Publicité

Les rebelles du Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend, groupe armé opérant dans le sud du Nigeria) ont revendiqué, mardi, le rapt de sept expatriés sur une plateforme pétrolière au large du Nigeria.

Sept étrangers, et non pas cinq comme annoncé la veille par la compagnie Afren qui les emploie, ont été enlevés au cours d'une attaque, lundi, contre une plateforme pétrolière et un bateau logistique au large du Nigeria. Il s'agit de deux Français, deux Américains, un Canadien et deux Indonésiens.

Paris affirme poursuivre ses efforts "sans relâche"

Le Mend a revendiqué mardi l'enlèvement de ces sept étrangers. "Tous les expatriés enlevés sont bien portants, sous notre garde", annonce un communiqué du groupe armé.

Paris a affirmé, mardi, poursuivre "sans relâche" ses efforts pour "déterminer la situation et l'endroit" où se trouvent ses ressortissants.

Dans un autre communiqué, le mouvement affirme aussi détenir trois Français et un Thaïlandais enlevés en septembre, et annonce de nouvelles attaques prochainement dans la région du delta du fleuve Niger. Le Mend détiendrait donc cinq ressortissants français au total, mais le doute est permis : en septembre dernier, les rebelles avaient revendiqué l'enlèvement des Français avant de reconnaître ne pas savoir où ils étaient et dire être en négociation avec leurs véritables ravisseurs. 

Interrogé sur le point de savoir si ces nouveaux otages pourraient être aux mains de ce même groupe, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, a déclaré que "cela fait partie de toutes les pistes que nous sommes en train d'explorer inlassablement sur le terrain et à Paris".

it
"Dans son histoire, le MEND n'a jamais tué un otage"

Le delta du Niger, région instable

Le Mend a revendiqué l’attaque et la prise d’otages de lundi dans un courrier électronique provenant d’une adresse différente de celle habituellement utilisée par l'organisation. Son authentification est en cours. Un porte-parole des forces de sécurité nigérianes dans la région a déclaré étudier ces documents avant de pouvoir se prononcer sur leur authenticité. 

L'attaque a été menée par des hommes armés contre une plateforme pétrolière dans la nuit de dimanche à lundi dans le champ pétrolifère Okoro, à 12 kilomètres au sud des côtes de l'État méridional d'Akwa Ibom, sur le golfe de Guinée. Cet État est situé dans la région instable du delta du Niger, cœur de la production pétrolière du pays, où les enlèvements sont fréquents. 

Afren se présente comme une société indépendante d'exploration et exploitation de pétrole et gaz naturel, cotée à la Bourse de Londres. Elle opère au Nigeria avec son partenaire local AMNI International. 

Le delta du Niger est le théâtre d'opérations de nombreux gangs criminels et groupes de militants armés, dont le Mend affirmant lutter au nom d'une plus juste répartition de la manne pétrolière. Sabotages d'oléoducs, attaques de navires et enlèvements d'employés du secteur pétrolier, expatriés ou locaux, y sont fréquents. Les ravisseurs libèrent généralement les otages au bout de quelques jours ou semaines, souvent contre une rançon.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine