SOUDAN

Un avion s'écrase au Darfour, plusieurs morts parmi les passagers

Au moins six personnes ont trouvé la mort, ce jeudi, dans l'atterrissage manqué d'un avion qui transportait une trentaine de passagers. Selon les autorités, il y aurait de nombreux survivants.

Publicité

AFP - Un appareil d'une compagnie soudanaise avec plus d'une trentaine de passagers à son bord s'est écrasé jeudi dans la région occidentale du Darfour, faisant au moins six morts, ont indiqué à l'AFP des responsables.

"Un petit appareil d'une compagnie locale avec environ 35 personnes à bord s'est écrasé en fin d'après-midi à Zalingei, dans l'Etat du Darfour-Ouest. Environ 90% des passagers ont survécu, nous n'avons pas le nombre de victimes", a dit à l'AFP Abdel Hafiz Abdel Rahim, porte-parole de l'aviation civile soudanaise.

Un haut responsable de la force ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) a confirmé l'accident et assuré à l'AFP que l'avion n'était pas sous-contracté à la mission de paix dans cette région de l'ouest du Soudan en proie à la guerre civile.

"L'Antonov 24 a quitté Khartoum à 13H27 (10H27 GMT) et s'est posé à Zalingei à 16H18 (13H18 GMT). Au moment de l'atterrisage, deux pneus ont explosé, l'avion s'est scindé en deux, puis a pris feu", a dit à l'AFP Issam Eddine Ibrahim, responsable local de la compagnie Tarco Airlines (BIEN Tarco) qui exploitait l'appareil.

"Une personne est morte et cinq autres ont été blessées", a-t-il ajouté, précisant que 38 personnes était à bord de l'appareil.

Selon des sources hospitalières locales, six personnes sont mortes dans ce crash, selon un premier bilan.

"Il y a eu des survivants, des blessés et des morts, mais nous n'avons pas de bilan précis pour le moment", a dit à l'AFP le gouverneur du Darfour-Ouest, Jaafar AbdelHakim Ishaq Adam.

Les accidents d'avion sont assez fréquents au Soudan, où la flotte est vieillissante. De nombreuses petites compagnies locales ont recours à des pilotes de l'ex-URSS et utilisent des avions de fabrication d'Europe de l'est. Selon des responsables soudanais, aucun membre de l'équipage, dont la nationalité n'a pas été dévoilé, ne fait partie des victimes.

De mai à juin 2008, le plus grand pays d'Afrique avait été le théâtre de quatre crashs en moins de deux mois forçant le licenciement du directeur de l'autorité de l'aviation civile.

Le 10 juin 2008, un airbus A310 de la compagnie Sudan Airways, en provenance d'Amman, avait pris feu à l'atterissage à Khartoum, entraînant la mort de 30 personnes.

Depuis, la situation s'était redressée, bien que plusieurs compagnies locales soient toujours proscrites par certains gouvernements étrangers en raison des risques accrus d'accident.

La région du Darfour, lieu de nouveau crash, est le théâtre depuis sept ans d'une guerre civile complexe à l'origine de 300.000 morts selon les estimations de l'ONU - 10.000 d'après Khartoum - et 2,7 millions de personnes déplacées.

Le Mouvement pour la justice et l'égalite (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, avait affirmé cette semaine avoir abattu un avion de combats MiG-29 de l'armée soudanaise dans l'Etat du Kordofan-Nord, situé entre le Darfour (ouest) et la capitale Khartoum (centre).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine