SOMMET DE SÉOUL

Le G20 s'achève sur un appel à une meilleure coordination des politiques économiques

A l'issue du sommet de Séoul, les puissances du G20 se sont également engagées à ne pas avoir recours à des dévaluations compétitives de leurs monnaies afin d'"assurer la stabilité des marchés financiers".

Publicité

AFP - Les pays du G20 ont sévèrement mis en garde vendredi contre des politiques économiques "non coordonnées", aux conséquences nécessairement désastreuses "pour tous", selon le communiqué final diffusé à l'issue du sommet des pays les plus puissants de la planète.

Ils se sont également engagés à Séoul à s'abstenir d'avoir recours à des dévaluations

it
"Il faut construire un système monétaire international plus stable et plus résistant" (Sarkozy)

compétitives de leurs monnaies, alors que ce sommet s'est déroulé sur fond de vives tensions à propos des taux de changes, notamment entre la Chine et les Etats-Unis.

Le "plan d'action de Séoul", détaillé dans le communiqué, appelle les pays développés et émergents à "assurer la reprise en cours, une croissance durable et la stabilité des marchés financiers, en particulier en évoluant vers des systèmes de changes davantage déterminés par les marchés, en renforçant la flexibilité des taux de changes pour refléter les fondamentaux économiques et en s'abstenant de dévaluations compétitives des monnaies".

"Les économies développées, y compris celles avec des monnaies de réserve, doivent se montrer vigilantes contre une volatilité excessive et des fluctuations désordonnées de leur taux de changes", ajoute le texte.

Le communiqué indique par ailleurs que "des actions économiques non coordonnées ne peuvent qu'empirer la situation pour tous".

it
"Il est important que la Chine [...] effectue la transition vers un système fondé sur le marché" (Obama)

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine