Accéder au contenu principal

Nicolas Sarkozy justifie son remaniement et flatte son Premier ministre

Mardi soir, lors d'une intervention télévisée, le président Nicolas Sarkozy a affirmé sa "confiance" envers le Premier ministre François Fillon et a repoussé à l'automne 2011 sa décision de se présenter (ou non) à la présidentielle de 2012.

Publicité

AFP - Nicolas Sarkozy a tressé mardi des lauriers à François Fillon qu'il a reconduit à Matignon parce qu'il était "le meilleur Premier ministre" pour la France, mais également à Jean-Louis Borloo, un homme de "très grande qualité" qu'il aurait souhaité voir rester au gouvernement.

"Si j'ai demandé à François Fillon de continuer, c'est parce que j'ai une grande confiance en lui, parce qu'il est très compétent, parce que nous travaillons ensemble sans aucun nuage depuis des années", a-t-il dit à la télévision.

Et d'ajouter : "Le meilleur Premier ministre de la France, j'ai considéré que c'était François Fillon". "Nous avons une confiance l'un dans l'autre", a-t-il martelé, citant à maintes reprises son nom au cours de l'entretien diffusé sur TF1, France 2 et Canal+.

Alors qu'on lui demandait s'il avait fait ce choix avec "enthousiasme", il a répondu : "Je

dirais plutôt, je l'ai fait par conviction".

"Le choix d'un Premier ministre, c'est pas un choix de confort pour un président de la République, ce n'est pas le bon plaisir. Le président de la République n'a pas à faire de caprices, ou à s'arranger avec les gens ou avec les éléments", a-t-il encore dit.

Nicolas Sarkozy rend hommage à Jean-Louis Borloo

Pour Jean-Louis Borloo, qui a quitté le gouvernement faute d'avoir succédé à François Fillon à Matignon, le président de la République a dit avoir "de l'amitié et beaucoup d'estime", et qu'il avait "réfléchi" avant de choisir de reconduire l'actuel Premier ministre.

"J'ai réfléchi, notamment parce qu'il y avait d'autres possibilités, peut-être d'ailleurs qu'un jour elles se présenteront. Un homme comme Jean-Louis Borloo est un homme de très grande qualité. J'aurais d'ailleurs souhaité qu'il restât" au gouvernement, a déclaré le chef de l'Etat.

"Nous avons parlé avec Jean-Louis Borloo et j'ai considéré que François Fillon était le Premier ministre qu'il fallait à la France", a-t-il aussi dit.

"Il a jugé lui-même qu'il serait plus utile en redevenant parlementaire", a-t-il ajouté a propos de l'ancien ministre de l'Ecologie.

"Il a très bien géré toutes les crises", a affirmé M. Sarkozy citant la tempête Xynthia et la toute récente crise des carburants.

"Il a été à la hauteur de la situation et un jour Jean-Louis Borloo rendra d'autres services à la France", a-t-il même renchéri.

D'ici 2012, il envisage de ne pas changer de gouvernement "sauf imprévu".

"J'ai voulu en renommant François Fillon et en confirmant les principaux ministres donner de la stabilité", "de la solidité", a-t-il fait valoir. "Pourquoi remanier dans ces cas-là?", lui a-t-on demandé. "Tout simplement parce qu'il y avait un certain nombre de ministres qui étaient en bout de course, qui avaient mené une action bonne par ailleurs, et qu'il fallait marquer une nouvelle étape", a répondu M. Sarkozy.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.