SUÈDE

La justice suédoise ordonne l'arrestation du fondateur de WikiLeaks pour viol

Le parquet suédois a ordonné l'émission d'un mandat d'arrêt international à l'encontre de Julian Assange. En août, le fondateur du célèbre site d'informations WikiLeaks avait déjà été inquiété pour les mêmes faits, avant d'être blanchi.

Publicité

AFP - La justice suédoise a ordonné jeudi l'arrestation du fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, à la suite d'une demande en ce sens déposée par le Parquet qui va lancer un mandat d'arrêt international dans le cadre d'une enquête pour viol.

"Nous avons décidé de l'arrêter in abstentia", a déclaré à l'AFP le juge Alan Camitz du tribunal de Stockholm. Cette procédure équivaut à un mandat d'arrêt.

"A la suite de cette décision de la cour (...), un mandat d'arrêt international va être lancé", a annoncé dans la foulée sur son site internet le Parquet, qui soupçonne M. Assange "de viol et d'agression sexuelle".

La procureur en charge du dossier, Marianne Ny, avait demandé jeudi matin au tribunal de Stockholm d'émettre un mandat d'arrêt contre M. Assange afin de pouvoir "l'interroger".

"Jusque-là, nous n'avons pu le rencontrer pour mener à bien ces interrogatoires", expliquait Mme Ny dans un communiqué.

Un temps recherché en août, puis blanchi quelques heures plus tard, M. Assange, citoyen australien de 39 ans, est finalement de nouveau sous le coup d'une enquête pour viol depuis le 1er septembre.

Il a quitté la Suède en profitant de l'absence jusque-là de mandat d'arrêt.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine