Accéder au contenu principal

Der Spiegel estime que le Reichstag pourrait être la cible d'un attentat

L'hebdomadaire allemand publie une enquête expliquant qu'un attentat, ourdi par un groupe lié à Al-Qaïda, pourrait frapper le Reichstag à Berlin. Les mesures de sécurité ont été renforcées, mais le ministère de l'Intérieur n'a pas réagi.

Publicité

AFP - Al-Qaïda et des groupes proches de ce réseau "prépareraient" un attentat à Berlin contre le Reichstag, le siège du parlement allemand, écrit l'hebdomadaire allemand Der Spiegel à paraître lundi.

La police criminelle allemande (BKA) et le ministère de l'Intérieur n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour commenter cet article du journal, généralement très bien informé sur les questions de sécurité.

Se fondant sur des sources policières, le magazine croit savoir que "les terroristes veulent prendre des otages et faire un bain de sang avec des armes à feu".

La BKA a été contactée plusieurs fois au téléphone par un djihadiste, actuellement à l'étranger, qui prétend vouloir quitter son organisation, poursuit Der Spiegel

Les informations qu'il a fournies auraient poussé le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, à mettre en garde mercredi la population contre des risques accrus d'attentats islamistes sur le sol allemand, selon le magazine.

Aux dires du djihadiste, "le commando est composé de six personnes : deux d'entre elles sont parties pour Berlin il y a six à huit semaines. Les quatre autres terroristes, un Allemand, un Turc, un homme originaire d'Afrique du Nord et un dernier, dont l'informateur ignore l'identité, attendent leur départ pour l'Allemagne".

"Les attentats sont prévus pour février ou mars", a-t-il dit d'après Der Spiegel.

Le magazine ajoute que M. de Maizière a été mis en garde contre un attentat d'un "groupe chiite indien", il y a deux semaines par le FBI (la police fédérale américaine), selon lequel ce groupe "a scellé un pacte avec Al-Qaïda et veut envoyer deux terroristes en Allemagne".

Mercredi, le gouvernement allemand avait annoncé un renforcement des mesures antiterroristes en raison d'un risque accru d'attentats islamistes, une attaque étant même prévue à la fin du mois.

C'était la première fois que l'Allemagne, qui se dit régulièrement dans le collimateur des organisations islamistes extrémistes, évoquait un projet aussi concret, même si aucune précision n'avait été donnée sur la cible exacte.

L'une des mesures de sécurité les plus visibles fut l'érection de barrières autour du Reichstag.
   

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.