MADAGASCAR

Les officiers mutins ont capitulé devant l'offensive de l'armée

L'armée malgache a lancé samedi après-midi une opération contre la caserne où sont basés depuis mercredi un groupe d'une vingtaine d'officiers mutins. L'attaque s'est soldée par la reddition des mutins, selon l'armée.

Publicité

AFP - L'armée malgache a lancé samedi après-midi une opération contre une caserne de la périphérie d'Antananarivo, où sont basés depuis mercredi un groupe d'une vingtaine d'officiers mutins, a constaté le correspondant de l'AFP.

Au moins une cinquantaine de soldats ont pris position devant la caserne, à environ 15 km en périphérie de la capitale et à quelques centaines de mètres de l'aéroport international d'Ivato.

Des échanges de tirs sporadiques ainsi que des détonations étaient audibles en provenance de l'intérieur de la caserne, a-t-on constaté.

"Les forces régulières essaient d'investir le camp pour neutraliser les mutins", a indiqué sur place et sous couvert d'anonymat un officier participant à l'opération.

"Les officiers (mutins) se sont rendus, ce sont quelques soldats du rang qui ripostent", a affirmé cette source, dont les déclarations n'ont cependant pas été confirmées de source indépendante.

Les militaires participant à l'intervention, armés de Kalachnikov et certains cagoulés, étaient positionnés le long du mur d'enceinte de la caserne, ou à couvert derrière trois camions disposés à une centaine de mètres de l'entrée du camp, à hauteur d'un hameau déserté de ses habitants.

Aucun bilan n'était disponible alors que l'opération était toujours en cours en fin d'après-midi.

Mercredi, une groupe d'une vingtaine de militaires avaient affirmé à la presse avoir "suspendu toutes les institutions" du pays. Leur déclaration est restée lettre-morte, avec l'absence de soutien apparent du reste de l'armée et la poursuite des activités habituelles dans le pays.

Des négociations étaient depuis lors en cours avec l'état-major, alors que l'homme fort du pays Andry Rajoelina avait prévenu que l'Etat prendrait "ses responsabilités" face aux "velléités de troubles de certains".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine